≡ Menu
BIBLIOGRAPHE.COM

Le démantèlement de la ‘Pandémie de Covid-19’ et Fin du mensonge

Nous sommes actuellement à l’apogée d’un programme de vaccination, qui implique la modification du génome humain, le vaccin ARNm. Il est mené en grande partie par Pfizer, il y a d’autres entreprises impliquées. Et l’objectif est de vacciner 7,9 milliards de personnes dans le monde. Il y a une opposition à ce projet. Et il y a aussi une opposition à ce qu’on appelle le passeport vaccinal ou l’ID vaccinale, qui essentiellement établirait les contours d’un état totalitaire.

Bonjour,  je m’appelle Michel Chossudovsky. Et je voudrais me concentrer sur qui sont les principaux acteurs derrière la crise que nous vivons en ce moment même. Il s’agit en fait d’une étape dans le développement de cette crise, qui a commencé au début du mois de janvier de l’année dernière. Et j’aimerais aborder un certain nombre de questions. Et je veux aussi faire l’historique de ce qui se passe ou de ce qui s’est passé.

Il y a une campagne de peur, une question de mesure ou d’estimation de la nature de cette pandémie, largement liée à l’estimation de la mortalité et de la morbidité, car ces chiffres de mortalité et de morbidité sont ensuite utilisés pour justifier des décisions de grande envergure.

Permettez-moi tout d’abord de revenir en arrière, au début de cet agenda. Cela s’est passé avant janvier. C’était un plan. En fait, c’est arrivé avant même 2019. Il y a des preuves que de puissants intérêts financiers sont derrière ce projet. Ils ont réalisé une simulation à peine deux à trois mois avant le déferlement de la crise. Elle s’appelait Event 2001. C’était une simulation de pandémie. Et c’était une simulation d’une capacité pandémique avec ce qu’ils appellent la simulation sur table. Des personnes de différentes organisations étaient présentes, y compris le Forum économique mondial, la Fondation Gates, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, les intérêts bancaires, ainsi que Big Pharma, la CIA, le Pentagone, des représentants des gouvernements des principales entités. Et l’ironie est que deux mois plus tard, cette soi-disant simulation est lancée. En fait, même le nom du virus, qui a été annoncé par les autorités chinoises début janvier est le même que celui qui a été utilisé dans les simulations. Il a été appelé 2-19-CoV Novella, qui signifie nouveau virus Corona.

Permettez-moi de regarder l’histoire Du scénario 201 aux événements majeurs, qui se sont produits au cours du mois de Janvier, et je fais référence à une décision de l’Organisation mondiale de la santé, qui a été prise le 30 Janvier. Il s’agissait d’une urgence de santé publique de portée internationale. Essayons à partir de Était-ce la pandémie ? Oui, c’était la reconnaissance qu’il y avait une urgence de santé publique internationale. Et en même temps, cela a été couplé avec une campagne de peur. Les personnes qui ont été informées n’ont pas réalisé, parce qu’elles n’ont pas lu les petits caractères, qu’au 30 janvier, il y avait 83 cas de COVID-19. En dehors de la Chine, pour une population de 6,4 milliards de personnes. Et que ces chiffres étaient basés sur le soi-disant test RT PCR, j’y reviendrai plus tard. Mais le test RT PCR s’est avéré totalement invalide, en ce qui concerne la mesure de la progression de la soi-disant pandémie. Mais c’était 83 cas, ce qui a ensuite conduit à une crise majeure au niveau mondial, parce que le lendemain, Donald Trump a fermé les voyages aériens avec la Chine. Et cela, à son tour, a conduit à la crise que nous vivons actuellement, à savoir la fermeture de nos voyages dans le monde entier, ou du moins partiellement. Et il n’y avait absolument aucune justification à ces décisions. Les chiffres ne le justifiaient pas. Et le public a été amené à croire qu’il y avait une urgence de santé publique, qu’il y avait le danger de ce virus, et ainsi de suite. Et il n’y avait absolument aucune donnée, qui aurait pu confirmer ou justifier ces décisions. Or, au cours du mois de février, il y a eu un krach financier, c’était le krach financier le plus grave de l’histoire du monde, c’était même plus grave que 1929, selon certains analystes, et cela s’est produit le 20 février, au moment où il y avait 1078 cas hors de Chine. Et ce qui s’est passé, c’est que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a fait certaines déclarations et ces déclarations étaient trompeuses. Il a dit que la pandémie n’avait pas commencé. Mais il y a toutes sortes d’indicateurs qui nous disent que nous sommes dans une situation très, très dangereuse. Sans entrer dans les détails 1078 cas dans le monde, en dehors de la Chine, sur 6,4 milliards de personnes, ne constituent pas une urgence de santé publique, ni une base pour annoncer une pandémie. En fait, ils annonçaient une pandémie. Et bien sûr, cela faisait aussi partie de la campagne de peur. Et puis ce qui s’est passé, c’est que les marchés boursiers se sont effondrés le jour suivant. Je ne vais pas entrer dans les détails. Mais il est important de comprendre que cet effondrement boursier a été orchestré par des intérêts financiers très puissants. Et ce sont précisément les mêmes mentors financiers, qui ont été impliqués dans le scénario 2001.

Trois choses. Bill Gates avait 60 % de ses actifs en bourse. Il avait la prescience de ce que le Dr. Tedros allait dire. Il avait la parfaite connaissance des faits. Et à la suite de ce crash financier, il y a eu un enrichissement massif de l’establishment financier. Et puis vous arrivez à mars, le 11 mars. Maintenant, Mars est la date historique. Pourquoi ? Parce que c’est le moment où le verrouillage a été imposé. Mais ce n’était pas vraiment un verrouillage. Dans un sens, on peut utiliser d’autres mots, c’était un ‘lockdown’, et c’était un confinement de la force de travail. Et c’était aussi la fermeture de l’activité économique dans 193 États membres des Nations Unies. En d’autres termes, les gouvernements du monde entier ont reçu l’ordre de fermer leurs économies afin de protéger les gens contre la pandémie. Le 11 mars est donc la date officielle à laquelle la pandémie a été déclarée. Encore une fois, 44 279 cas ont été recensés ce jour-là, sur une population de 6,4 milliards d’habitants en dehors de la Chine, soit des chiffres très faibles. Mais néanmoins, cette instruction de fermer 190 « économix ». Via différentes tournures, c’est un processus de décision complexe. Mais gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un acte de la part de l’establishment financier pour créer un chaos absolu au niveau des économies nationales dans le monde entier. C’est ce qui a conduit au chômage de masse, aux faillites, à l’extrême pauvreté. Et cela a également conduit à l’anéantissement des petites et moyennes entreprises, et aussi à la mise en place des secteurs importants du vrai cap, ce que nous pourrions appeler le vrai capitalisme également anéantis, ou du moins, précipités dans la faillite.

Je parle des compagnies aériennes, je parle des chaînes d’hôtels, etc. Sans m’attarder sur ce processus important, je dois mentionner que cette action est sans précédent. Et cela n’a rien à voir avec la protection des gens contre la pandémie, il n’y avait aucune preuve que la pandémie était assez grave pour justifier ces mesures rapides. Quand vous fermez votre économie. Dans le même temps, vous fermez votre secteur de la santé publique, et créez des ravages dans la prestation des services de santé. C’était une action délibérée. C’était une action délibérée de guerre économique. Et elle a été appliquée dans le monde entier. Et elle était cohérente avec les périodes précédentes de réforme macro-économique et avec la politique étrangère des États-Unis, le changement de régime, etc. Chaque pays, à quelques exceptions près, a accepté de fermer son économie afin de sauver des vies. Et c’est le plus grand mensonge de l’histoire du monde. Et ce que les architectes de ce projet ont réalisé, c’est une faillite artificielle des économies nationales, ainsi qu’une perturbation sociale et ce que nous pourrions appeler aussi une perturbation des structures de la société civile. Eh bien, cela a été discuté et documenté, vous savez, le masque facial, la distanciation sociale. Tout cela a été appliqué simultanément dans le monde entier. Et l’ironie est que les pays que nous pourrions appeler progressistes ou de gauche, y compris les pays qui sont considérés comme des ennemis des États-Unis d’Amérique, vous savez, comme le Venezuela, Cuba, l’Iran. Pour n’en citer que quelques-uns. Ces pays ont respecté ces restrictions, ils ont fermé l’économie. Dans le cas de Cuba, cela a été dévastateur car la principale source de devises étrangères à Cuba est l’industrie touristique. Donc Kill, l’industrie touristique est fermée, le pays est en faillite. Mais pourtant, le gouvernement cubain a approuvé le consensus et a également approuvé le vaccin.

Je reviendrai sur le vaccin un peu plus tard, lorsque nous aurons discuté de la question des données relatives aux COVID-19 positifs ainsi que des données relatives à la mortalité. Mais ce que nous avons ici de mon point de vue est une extension de tout un processus historique, qui a commencé dans le sillage immédiat de la Seconde Guerre mondiale. C’est ce que Eisenhower a dit, Eh bien, il a fait ces déclarations le militaro-industriel contrôle ce projet. Le Forum économique mondial en fait aussi partie. Ils avaient déjà discuté avant la crise d’une grande remise à zéro (Great reset). Oui, le Great reset a été publié avant la pandémie. Et maintenant ils sont en train de nous dire que nous allons avoir une grande réinitialisation, et puis nous allons revenir à la normale.

Eh bien, nous n’allons pas revenir à la normale. Mais si on veut regarder, en termes historiques, il faut souligner pour faire une comparaison, c’est le FMI la médecine économique au nième degré, que ce n’est pas lié à des négociations pays par pays. C’est un ordre émanant des architectes de ce projet de fermer l’économie. Et c’est soutenu par un gros mensonge selon lequel cela va les aider à sauver des vies. Et c’est absolument absurde. Mais, si vous regardez l’historique de ceci, vous arriverez à la conclusion que c’est une extension des conditionnalités de la dette imposées par les institutions de Bretton Woods au cours des 40 dernières années ou même plus, et ce qui ce qui s’est passé et qui se passe maintenant dans le sillage du 11 mars. Le FMI, la Banque mondiale, les différentes banques régionales de développement, la Banque des règlements internationaux, les banques centrales, les institutions financières privées disent : « Nous allons vous aider ». Qu’est-ce que cela signifie ? Ça veut dire qu’ils vont prêter de l’argent à ces pays appauvris qui ont fermé leurs économies, c’est-à-dire la planète entière. Le FMI et la Banque Mondiale commencent à prêter au pays en développement et pour les pays développés, il y a d’autres mécanismes. Mais finalement, ce qui se passe, c’est que nous vivons la plus grave crise de la dette de l’histoire du monde. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Parce qu’en conséquence de la paralysie de l’économie mondiale, nous avons fermé la planète Terre. L’activité économique de la planète Terre comme moyen de résoudre une crise de santé publique est diabolique, et est basée sur un mensonge. Et c’est le plus gros mensonge de l’histoire mondiale. Et que se passe-t-il alors ? Et c’est là que les gouvernements nationaux interviennent. Les gouvernements nationaux ont des mandataires de l’establishment financier. Ce qui se passe, c’est que le FMI, qui bien sûr est cette organisation intergouvernementale, qui a des représentants dans ces différents pays, 190 pays, ils vont venir au secours de chacun de ces gouvernements soi-disant souverains, mais ces gouvernements ne sont plus souverains. Et ils vont leur prêter de l’argent sans conditions. Ils savent bien que l’argent sera remboursé, mais ils ne disent pas que cet argent est destiné à ceci et cela, puis l’argent est ensuite utilisé en partie pour corrompre des fonctionnaires, bien sûr. Et il n’est certainement pas là pour réagir réellement à activer l’économie comme filet de sécurité pour les gens qui ont perdu leur emploi et ont été appauvris, mais essentiellement aux grandes entreprises. Les compagnies aériennes sont corrompues dans ce contexte, les PDG des compagnies aériennes ont reçu ces aides des créanciers, de sorte que ce qui se passe réellement est un processus de privatisation de l’État. En d’autres termes, ce sont les créanciers qui décident de la politique à mener du gouvernement dans le contexte actuel. Non seulement ils imposent la fermeture de ces économies nationales, mais ils imposent aussi l’acceptation qu’il va y avoir un vaccin, qui est étendu à ces 190 pays avec une population de maintenant 7,9 milliards de personnes, presque 8 milliards de personnes dans le monde. Pfizer est le leader. En fait, il est en train d’établir un quasi-monopole, je dois mentionner que Pfizer essaie aussi de se débarrasser de ses concurrents.

Et ce vaccin particulier, qui est imposé par l’establishment financier, ce vaccin est un vaccin mortel. Cela est corroboré par les données publiées et diffusées dans un certain nombre de pays, dont l’Union européenne, les États-Unis et le Royaume-Uni. Ce que le gouvernement tente de faire, c’est d’empêcher les gens de prendre connaissance du fait que le vaccin à ARNm est tout d’abord expérimental. Et qu’en fait, il n’est pas approuvé. Et il a des conséquences dévastatrices sur ceux qui prennent le vaccin à savoir la mortalité et la morbidité, en d’autres termes les décès et les blessures, qui sont enregistrés. Mais ces décès et blessures enregistrés sont ceux qui sont déclarés par les familles ou les victimes. Et le pourcentage de décès et de blessures enregistrés et recensés est un très faible pourcentage des décès et des blessures réels. Sans entrer dans les détails, nous pouvons multiplier ces chiffres au moins par 10.

D’accord, cela suppose que 10 % des blessures et des décès sont signalés et enregistrés auprès des autorités sanitaires. En fait les chiffres sont encore plus petits que cela, en ce qui concerne les effets indésirables. C’est de l’ordre de 1%. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est à un vaccin tueur, qui est présenté par certains analystes comme un instrument de dépopulation. Je ne veux pas entrer dans le débat sur l’eugénisme ou la population. Mais je peux dire avec certitude que les mesures économiques et sociales, qui ont été mises en œuvre à partir de mars de l’année dernière, couplées au vaccin, et couplées au fait que les gens sont toujours au chômage, et sont toujours empêchés de reprendre une vie normale, vont avoir un impact dévastateur sur la mortalité et la morbidité dans le monde entier. Vous pouvez le voir dans certains pays, comme l’Inde, ou même le Brésil, en Afrique sub-saharienne, où la fermeture des économies nationales a été dévastatrice. Et ce n’est certainement pas fini parce que cela a créé des conditions de paralysie littéralement dans diverses sphères du commerce international et ainsi de suite. Et je peux dire que c’est tout à fait délibéré. Je veux dire par là que la fermeture de la planète Terre, de l’économie de la planète Terre n’est certainement pas là pour sauver des vies. Mais c’est un mécanisme, c’est le chaos économique et social au niveau global. C’est un acte, qui est sans précédent. C’est une décision, un processus décisionnel très complexe, parce qu’il exige que tous ces gouvernements soi-disant souverains, qui ne le sont plus se soumettent à une autorité supérieure. Certains d’entre eux sont soudoyés, d’autres sont menacés. Et tout cela est là comme un moyen de résoudre la pandémie.

Maintenant, permettez-moi de terminer cette discussion par quelque chose de très important. Tout ce que j’ai mentionné, toutes les politiques qui ont été adoptées, tous les événements, les krachs financiers, il y a eu deux krachs financiers, un en février, et un autre en mars, comme le jeudi 12 mars. Ok, il se trouve que c’est un effondrement.

Toutes ces mesures ne sont absolument pas valides. Du point de vue de la résolution de la pandémie, pourquoi au mois de janvier, l’Organisation mondiale de la santé, sur les conseils de l’Institut de virologie de Berlin, en Allemagne, a décidé de mettre en place le test dit PCR, que tout le monde connaît maintenant, car c’est le test que vous faites. Vous prélevez un échantillon de votre salive, et il est envoyé au laboratoire, et il revient avec un COVID positif ou négatif. Maintenant, je peux vous dire, sans entrer dans les détails, que, tout d’abord, ce test n’identifie en aucun cas le virus. Ce qui l’a fait, c’est d’identifier nos fragments génétiques de différents virus, et il n’est pas possible même pour le test PCR d’identifier réellement s’il s’agit du SARS-CoV-2, qui est le virus attaché au COVID-19 ou d’un autre virus.

Et puis il y a un autre fait, en janvier de cette année, l’Organisation mondiale de la santé a réévalué la validité du test PCR, en disant que, en fait, le test PCR tel qu’il est appliqué avec ce qu’on appelle 35 cycles, un seuil de cycle pour l’élargissement, c’est un terme technique. En d’autres termes, avec 35 cycles plus l’agrandissement, vous ne pouvez rien voir, le test est totalement flou ou invalide. Et ce qu’ils ont dit est ce qui suit. En janvier dernier, ils ont dit Allez-y, appliquez le test PCR 35 cycles plus. Et qu’est-ce que cela a généré ? Au cours des 18 derniers mois environ, cela a généré des millions et des millions de cas de COVID positifs dans le monde. Et l’Organisation mondiale de la santé dit que si vous avez fait ça, vous devez refaire le test, mais ce qu’ils disent essentiellement, c’est que les estimations du test PCR ne sont pas seulement sujettes à des erreurs, elles sont totalement invalides, totalement invalides.

Ainsi, lorsque les gens commencent à dire « Oh, le nombre de cas a augmenté hier de 300 dans cette localité particulière et bien sûr nous avons maintenant les variants ». Tout ceci est basé sur la mesure et l’estimation de l’incidence de ce virus, qui utilise le test PCR, il y a quelques autres tests, mais c’est le test principal. Et il n’est pas valide. Donc vous n’avez pas vraiment les données disponibles pour justifier quoi que ce soit.

De retour au 11 mars, vous n’aviez même pas les données basées sur le faux test PCR, qui était de 44 000 cas. Et en janvier, il n’y en avait que 83. Mais maintenant, l’Organisation Mondiale de la Santé dit « Mea culpa », nous avons fait une erreur. Et ce test PCR est totalement invalide. Cela signifie donc que chaque politique appliquée et imposée à 193 pays est basée sur un mensonge, sur un test invalide.

Maintenant, quand ils justifient, disons qu’ils veulent justifier ces politiques ou même justifier le vaccin, ils ont deux séries de données. Ils ont d’une part le COVID cas positif, comme je viens de le dire, totalement invalide. Ça peut être n’importe quoi. Et les biologistes sont absolument clairs là-dessus. Et accessoirement, il y a un autre élément, c’est que lorsqu’ils ont mis en place ce test PCR, ils n’avaient pas un isolat du virus. En d’autres termes, un spécimen provenant d’un patient, qui passe par l’isolement et la purification, ils ne l’avaient pas. Je ne vais pas entrer dans les détails. Mais ils ont dit : « Nous ne l’avons pas ». Et puis ils ont dit : « Ce n’est pas grave. Nous allons prendre un virus, qui est similaire au SARS-CoV-2, qui est SARS-CoV-1, qui est un virus de 2003. C’était donc le point de référence du test PCR. Ce n’était pas le virus Novella, c’était un virus qui datait de 2003. Il y a donc 18 ans. Et donc, la façon dont ce test a été configuré avec le SARS 1, comme point de référence par procuration, rend tout l’exercice totalement inutile. Eh bien, je ne sais pas, je ne sais pas quel serait le terme en termes médicaux, mais c’est idiot. Ils n’ont pas identifié le virus, ils disent que nous n’avons pas d’isolat du virus. Voilà. Il y a un gros débat pour savoir si le virus a été isolé. Là n’est pas la question. Le fait est que le test lui-même n’a pas d’isolat du virus comme point de référence, donc ils prennent quelque chose qu’ils avaient il y a 18 ans, et ils le collent comme substitut. Mais ce que cela signifie, c’est que toutes les données relatives à la propagation de l’épidémie sont tout simplement invalides. Vous ne pouvez pas la mesurer, vous ne pouvez pas l’estimer, ça veut dire que ça peut être n’importe quoi, ça peut être une grippe, un rhume, un autre Coronavirus, B ou autre.

Maintenant il y a deux variables qui sont utilisées pour justifier les politiques. L’une est la propagation de la soi-disant épidémie qui est fausse et l’autre est la mortalité, qui est attribuable au COVID-19. J’ai examiné les documents tant ici au Canada qu’aux États-Unis et dans d’autres pays également. Aux États-Unis les instructions aux certificateurs sont en ce qui concerne l’enregistrement des décès dus au COVID-19 d’écouter attentivement la cause sous-jacente du décès. Nous voulons que la cause sous-jacente du décès soit « COVID-19 », le plus souvent aucune autopsie n’est nécessaire. Et c’est la norme. Aucune autopsie n’est requise. Et puis même dans certains cas ils disent que nous n’avons même pas besoin de faire des tests. On n’a même pas besoin de faire un test PCR sur la personne décédée. Donc si vous n’avez pas d’autopsie comment pouvez-vous étiqueter tous ces gens COVID-19 morts. Et c’est ainsi que nous sommes dans une situation où la base de données utilisée pour justifier des politiques rapides et radicales, qui ont conduit à la déstabilisation de la planète entière, des économies nationales, de la société civile, des écoles et des universités, des événements sportifs ont été basées sur de fausses données. Maintenant, cela est soutenu par les médias d’information qui « font l’opinion » parce que nous avons affaire à des personnes très puissantes qui soudoient des fonctionnaires du gouvernement ou des responsables de la santé, et aussi des soi-disant scientifiques. Et maintenant nous avons les variants.

Je ne suis pas un docteur en médecine, mais je voudrais aborder la causalité. S’ils n’ont pas été capables d’identifier le virus et qu’ils utilisent le proxy dans le test PCR, comment peuvent-ils utiliser le test PCR pour identifier les variants ? Maintenant, les variants peuvent être identifiées autrement, mais vous avez besoin du virus original, d’accord. Et le virus original n’a pas été identifié ou clarifié quant à sa nature. Donc, toute la question des variants est là pour créer une nouvelle vague de peur dans le but essentiel de justifier le vaccin. Alors, faites-vous vacciner, faites-vous vacciner, faites-vous vacciner, ceux qui sont vaccinés courent un risque de mortalité et de morbidité, c’est absolument clair. Et nous parlons de chiffres très élevés, de 35 000 cas enregistrés au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans l’Union européenne, ce qui correspond aux chiffres enregistrés mais si vous regardez les chiffres réels ils sont beaucoup plus élevés, ils pourraient être 10 fois plus élevés, ou même plus selon l’analyse des effets indésirables. Ceux-ci sont très rarement réenregistrés. Donc multipliez ça au moins par 10. D’accord, donc ce dont nous parlons, si c’est 35 000 cas, je suis désolé 35 000 cas de mortalité, ce qui est les statistiques officielles, qui sont manipulées et biaisées, multipliez cela par 10, alors vous avez 350 000 personnes, prenez les 5,5 millions et ce sont des données récentes. Et en ce moment ces données augmentent. Et nous savons que dans le monde entier il y a une crise majeure qui se propage et la mortalité est enregistrée dans différentes parties du monde. Et dans tous les cas, ce qui se passe, c’est qu’ils disent : « Oh, ces gens vaccinés ne meurent pas à cause du vaccin, ils meurent du COVID-19 ».

Eh bien, vous ne pouvez pas mourir du COVID-19 parce que les chiffres sur la mortalité du COVID-19 sont fabriqués, d’accord ? Donc, ils se contentent d’étiqueter les gens qui meurent du vaccin et ils disent, Oh, non, il est mort du COVID-19. Et nous y voilà. Donc, nous sommes dans une crise économique, sociale et de santé publique majeure, qui tangue l’humanité dans son ensemble, je devrais dire que c’est aussi une crise au sein du système capitaliste, parce que l’establishment financier est en train de créer les conditions d’effondrement de l’économie capitaliste réelle. Et l’objectif final est très clair. Il s’agit de ramasser les morceaux et de reprendre les entreprises en faillite sélective.

Et je pense que ce qui est aussi gênant, c’est que des gens qui ont été très actifs dans le mouvement anti-guerre et dans la prise de position contre les politiques néolibérales, l’austérité, la médecine économique du FMI, ces gens ont approuvé beaucoup d’entre eux, peut-être par manque de compréhension de ce qui se passe, ils ont approuvé le consensus, ils approuvent un projet qui, en fin de compte coïncide avec la politique étrangère américaine. Il a la participation de la sécurité intérieure de la CIA, de tout le processus politique des alliances avec l’OTAN et ainsi de suite. Et les organisations non-gouvernementales, les activistes anti-guerre ont approuvé ce projet.

Et comme je l’ai mentionné plus tôt, de nombreux pays, qui sont des ennemis des soi-disant ennemis des États-Unis d’Amérique ont adhéré à ce projet. L’Iran et disons que l’Afghanistan peut être sous sanctions par les États-Unis. Mais ce processus de gel de l’activité économique dans le monde entier est une forme très étendue de sanctions appliquées presque universellement à 190 pays. Et par conséquent, nous devons comprendre qui est derrière cela, je peux dire d’après ma propre expérience que les mêmes personnes qui sont derrière les équipes militaires en Amérique latine, je pense à Pinochet en 1973, Jorge Videla 1976 en Argentine, Chili, Argentine, j’y étais en tant que professeur invité, et qui était derrière cela les Rockefeller, Kissinger était là. Maintenant, toutes ces personnes sont finalement derrière la crise du Corona. Et ils regardent déjà à quel genre de soi-disant normalisation, qui est la grande réinitialisation.

Mais essentiellement, il s’agit de la privatisation de l’appareil d’État, de la prise de contrôle d’États souverains, de pays souverains, et de l’imposition de ce que David Rockefeller a soulevé il y a plusieurs années, je veux dire, l’ancien David Rockefeller, qui a dit, qui a parlé de gouvernance mondiale, de gouvernements mondiaux, et puis il a dit, un gouvernement mondial et il a dit, essentiellement, que la gouvernance mondiale est une alliance entre les banquiers et les intellectuels, bien sûr, ce sont des intellectuels sélectionnés. Et puis il dit, c’est un moyen beaucoup plus efficace que le type de gouvernements représentatifs que nous avons, vous savez, dans le monde entier, élus etc. Mais essentiellement, il a formulé les contours de ce qu’est un état totalitaire. Et c’est un état totalitaire, qui est contrôlé par l’establishment financier mondial.

Il repose sur un enrichissement massif non seulement des milliardaires mais aussi d’autres institutions qui sont encore bien plus importantes que les soi-disant milliardaires. Mais cette concentration de revenus et de richesses se fait au détriment de l’humanité dans son ensemble, et elle conduit à un processus d’appauvrissement global. On pourrait appeler cela la population, mais de facto, si les mesures prises pour paralyser l’activité économique dans le monde entier et détruire divers secteurs de l’économie nationale, couplées au vaccin, eh bien, oui, nous sommes dans une situation où il y a un impact sur la population, sans nécessairement faire référence aux eugénistes.

Mais je pourrais aussi dire que les gens derrière ce projet sont « pour le dire crûment » ils ont un problème de santé mentale. Ce sont des psychopathes. Ce processus d’enrichissement qui est si destructeur et qui utilise des mensonges et des fabrications et ces informations pour finalement étendre ce contrôle dans le monde entier et détruire la vie des gens, c’est ce que c’est : la destruction de la vie des gens.

LE GRAND-CORONA [PRIVATISATION TOTALITAIRE – NWO DE TOUS LES GOUVERNEMENTS] (PROF. M. CHOSSUDOVSKY)

Prof. Michel Chossudovsky
Centre de Recherche sur la Mondialisation (CRG)