≡ Menu
BIBLIOGRAPHE.COM

Fausse bannière : l’Histoire secrète d’Al-Qaïda

Nous connaissons tous l’histoire de Ben Laden et d’Al-Qaïda, l’histoire qui a été répétée à satiété dans les jours, les semaines et les mois qui ont suivi les événements catastrophiques et catalyseurs du 11 septembre. Cette histoire a été si souvent répétée que le public hypnotisé a oublié qu’il ne s’agissait, à la base, que de cela : une histoire. . . .

TRANSCRIPTION

“La Fraternité existe-t-elle ?”
“Ça, Winston, tu ne le sauras jamais.”
George Orwell – 1984

INTRODUCTION

Province de Kandahar, Afghanistan. Mai 1998.

John Miller, un correspondant d’ABC News qui deviendra par la suite le porte-parole en chef du FBI, termine un voyage de 11 jours dans les contrées sauvages de la frontière afghano-pakistanaise. La première chose qu’il remarque est le grondement des générateurs qui alimentent le camp en électricité et l’odeur de l’essence. La deuxième chose qu’il remarque est une grêle de balles. Le convoi de Ben Laden arrive.

Oussama ben Laden est flanqué de sept gardes du corps qui, comme Miller le reconnaît immédiatement, sont simplement là pour faire le spectacle. « Leurs yeux fouillaient dans toutes les directions à la recherche d’un agresseur », racontera t-il plus tard. « C’était soit purement théâtral, soit totalement inutile, car avec les centaines de balles tirées en l’air, il aurait été impossible de repérer un assassin. »

En suivant le service de sécurité dans la cabane, Miller est devenu l’un des rares journalistes occidentaux à interviewer l’insaisissable Oussama ben Laden.

OSAMA BIN LADEN (VIA UN INTERPRÈTE) : Nous pensons que les plus grands voleurs du monde sont les Américains et que les plus grands terroristes de la planète sont les Américains. La seule façon pour nous de repousser ces assauts est d’utiliser des moyens similaires. Nous ne faisons pas de différence entre ceux qui portent des uniformes militaires et les civils ; ils sont tous des cibles dans cette fatwa.
SOURCE : Oussama ben Laden : « L’homme le plus dangereux dont vous n’ayez jamais entendu parler  » – 10 juin 1998 – ABC News Nightline

Miller a traversé la moitié du monde pour interviewer Ben Laden, le chef terroriste reclus qui vient d’émettre une fatwa religieuse demandant aux musulmans de tuer des Américains. Mais cette interview, elle aussi, n’est que du vent. Obligé de soumettre ses questions par écrit à l’avance, Miller est informé que les réponses ne seront pas traduites pour lui. Il n’y aura pas de questions complémentaires.

C’est du spectacle. Du théâtre et rien d’autre. En tant que tel, c’est une introduction appropriée à l’homme qui allait devenir le croque-mitaine du XXIe siècle. L’interview est rapidement suivie d’un drame plus explosif.

PETER BERGEN : Quels sont vos projets d’avenir ?
OSAMA BIN LADEN : Vous les verrez et en entendrez parler dans les médias…. Si Dieu le veut.
SOURCE : Exclusif Oussama ben Laden – Première interview télévisée

PREMIÈRE PARTIE : ORIGINE DE L’HISTOIRE

Dans le monde entier, un public effrayé et confus a été initié à l’ère de la terreur le matin du 11 septembre 2001 par les médias. C’est là, dans les images vacillantes de leurs écrans de télévision, que les masses ont commencé à découvrir le monde du terrorisme islamique et l’exilé saoudien vivant dans une grotte en Afghanistan qui apportait cette terreur à leur porte.

ANCRE : Parlez-nous un peu d’Oussama ben Laden, des ressources en hommes et en argent dont il dispose et de ce qu’il essaie d’accomplir.
SOURCE : 11 septembre 2001 – 17 h 28 EDT (22 h 28 BST)
RAY SUAREZ : Qu’est-ce qu’Oussama ben Laden ? Est-il un politicien ? Est-il un guerrier ? Est-il un prédicateur ? Un peu de tout cela ?
SCHEUER : Un peu de tout, je pense, monsieur. C’est un…
SOURCE : Qui parle pour l’Islam ?
HODA KOTB: . . . homme d’affaires saoudien millionnaire qui vivrait en exil en Afghanistan.
SOURCE : 11 septembre 2001 – 17h20-17h30 EDT sur WRC
REPORTER : Il contrôle et finance Al-Qaïda, un réseau de militants islamiques.
SOURCE : 11 septembre 2001 – 18 h 30-18 h 40 EDT (23 h 30-23 h 40 BST) sur BBC
SCHEUER : … c’est un homme très doux….
SOURCE : Qui parle pour l’Islam ?
SIMON REEVE : … un homme qui est prêt à utiliser une force écrasante pour atteindre ses objectifs.
SOURCE : 13 septembre 2001 – 6:21am EDT sur CNN
ANCRE : Il est le visage qui a été mis sur cette affaire par presque tout le monde.
SOURCE : 15 septembre 2001 – 8:20-8:30 EDT sur WTTG
SCHEUER : … un homme éloquent….
SOURCE : Qui parle pour l’Islam ?
KOTB : Il a déclaré que tous les citoyens américains étaient des cibles légitimes d’attaques.
SOURCE : 11 septembre 2001 – 17 h 25 EDT sur WRC
JOHN SIMPSON : Quand j’étais en Afghanistan, il y a quelques jours, j’ai entendu dire qu’il avait…
SOURCE : 11 septembre 2001 – 17 h 20 – 17 h 30 EDT (22 h 20 – 22 h 30 BST) sur BBC
DAN RATHER : … des opérations dans au moins 55 pays…
SOURCE : CBS Evening News – 2001-09-13
KOTB : Y compris le bombardement de l’USS Cole au Yémen l’année dernière….
SOURCE : 11 septembre 2001 – 17h25 EDT sur WRC
REPORTER : …le cerveau derrière les attentats à la bombe de deux ambassades américaines en Afrique… . .
SOURCE : 16 septembre 2001 – 23h30-11h40 EDT sur CNN
REPORTER : … et le dernier attentat contre le World Trade Center, il y a huit ans.
SOURCE : 11 septembre 2001 – 18 h 20-18 h 30 EDT (11 h 20-11 h 30 BST) sur BBC
SCHEUER : Bernard Lewis a dit de lui qu’il était presque un locuteur poétique de l’arabe.
SOURCE : Qui parle pour l’Islam ?
KATIE COURIC : Pendant ce temps, Osama bin Laden est un nom que nous avons entendu toute la journée comme un individu qui pourrait – et nous insistons sur le mot « pourrait » – être responsable de ces actes terroristes. C’est un nom que nous avons déjà entendu auparavant….
SOURCE : NBC News 9-11-2001 Live Coverage 13h00 EDT – 18h30 EDT

Nous connaissons tous l’histoire de Ben Laden et d’Al-Qaïda, l’histoire qui a été répétée ad nauseam dans les jours, les semaines et les mois qui ont suivi les événements catastrophiques et catalyseurs du 11 septembre. Cette histoire a été si souvent répétée que le public hypnotisé a oublié qu’il ne s’agissait, à la base, que de cela : une histoire.

Dans la fable anhistorique des clips télévisés, le terrorisme est une invention moderne, créée de toutes pièces par Oussama Ben Laden et Al-Qaïda. Et, dans le même temps, le fondamentalisme islamique est une force de la nature, quelque chose qui a toujours existé au Moyen-Orient – le produit, peut-être, d’une tempête de sable sur la péninsule arabique dans un passé lointain.

Mais c’est un mensonge. En vérité, la montée du fondamentalisme islamique dans l’ère moderne et la montée du terrorisme en tant qu’outil politique ne peuvent être comprises sans faire face à une histoire très bien documentée mais longtemps réprimée.

Depuis le milieu du 18e siècle, lorsque la Compagnie britannique des Indes orientales a acquis la domination du sous-continent indien, l’histoire de l’Islam en tant que force politique et culturelle a été intimement liée aux fortunes de l’Empire et aux objectifs des puissances occidentales. L’Empire britannique, en particulier, a beaucoup contribué à façonner la carte du Moyen-Orient actuel et à influencer le cours de ses forces religieuses et politiques.

Cette influence est perceptible tout au long des 18e et 19e siècles.

La prise de contrôle progressive du sous-continent indien par la Grande-Bretagne a permis à l’Empire britannique de devenir, selon Winston Churchill, « la plus grande puissance mahométane du monde ».

Dans le cadre du « grand jeu » du XIXe siècle entre l’Angleterre victorienne et la Russie tsariste pour le contrôle de l’Asie centrale, les Britanniques ont soutenu des dirigeants islamiques impopulaires dans toute la région afin de servir de tampon entre la Russie et le « joyau de la couronne » de l’Empire britannique, l’Inde.

Le désir de la Grande-Bretagne de maintenir son accès à l’Inde a conduit à la conquête de l’Égypte par les Britanniques en 1882, ce qui a entraîné 40 ans de domination britannique et une présence militaire dans le pays qui n’a pas été supprimée avant la crise de Suez de 1956.

De Khartoum à Constantinople, de Jérusalem à Jakarta, aucune partie du monde musulman n’a pu échapper à l’influence de la couronne britannique. Parfois, cette influence était utilisée pour renforcer le pouvoir des partisans de la ligne dure de l’Islam. Parfois, comme dans le cas de la rébellion mahdiste au Soudan, cette influence a été utilisée pour réprimer les soulèvements islamiques. Mais dans chaque cas, l’objectif de l’Empire britannique était clair : utiliser tous les moyens à sa disposition pour saper les mouvements et les gouvernements défavorables à sa domination et pour installer et encourager les forces qui étaient prêtes à coopérer avec la couronne.

Cela était évident en Inde, où George Francis Hamilton, secrétaire d’État pour l’Inde, écrivait en 1886 que la stratégie britannique consistait à utiliser à leur avantage les divisions entre musulmans et hindous dans le pays, en s’inspirant de l’ancienne stratégie impériale romaine consistant à diviser pour régner :

Je crois que le véritable danger pour notre régime, non pas maintenant, mais dans 50 ans, est l’adoption graduelle et l’extension des idées occidentales en matière d’organisation de l’agitation. Si nous pouvions diviser les Indiens instruits en deux sections ayant des opinions très différentes, nous devrions, par cette division, renforcer notre position contre l’attaque subtile et continue que la propagation de l’éducation doit faire sur notre système de gouvernement. Nous devrions concevoir les manuels scolaires de manière à renforcer les différences entre les communautés.

Mais il n’existe peut-être pas d’exemple plus clair du rôle de l’Empire britannique dans le façonnement du monde musulman moderne que l’histoire de l’ascension de la Maison des Saoud et de la formation du Royaume d’Arabie saoudite actuel. Une fois de plus, les empreintes digitales britanniques se retrouvent dans tous les aspects de cette histoire.

Lorsque la Grande-Bretagne a commencé à envisager de mettre fin à sa politique séculaire de soutien à l’Empire ottoman au Moyen-Orient, c’est le capitaine William Shakespear – un fonctionnaire et explorateur britannique – qui a établi le premier contact officiel avec Ibn Saoud, le géniteur de la dynastie saoudienne qui allait fonder le Royaume d’Arabie saoudite. En plus de prendre les premières photos du futur roi saoudien, Shakespear est devenu l’ami et le conseiller militaire d’Ibn Saud, contribuant à détourner le leader arabe émergent de l’alliance avec les Ottomans et à l’amener à conclure un traité avec les Britanniques. Shakespear est mort sur le champ de bataille de Jarab en 1915, où Ibn Saud, soutenu par les Britanniques, affrontait son rival Ibn Rashid, soutenu par les Turcs.

Après la mort de Shakespear, un autre agent britannique, le colonel Thomas Edward Lawrence, acquiert une renommée internationale sous le nom de « Lawrence d’Arabie » pour son rôle dans la révolte arabe contre la domination ottomane au Moyen-Orient. Bien que l’autobiographie intéressée de Lawrence et l’hollywoodisation de son histoire aient cimenté dans l’imagination populaire l’idée que Lawrence était uniquement motivé par son souci des Arabes et de leur indépendance….

PETER O’TOOLE (DANS LE RÔLE DE T. E. LAWRENCE) : Nous ne travaillons pas cette chose pour Faisal.
ANTHONY QUINN (COMME AUDA ABU TAYI) : Non ? Pour les Anglais alors ?
LAWRENCE : Pour les Arabes.
TAYI : Les Arabes ?
SOURCE: LAWRENCE D’ARABIE

. … l’histoire documentée des actions et des motivations de Lawrence raconte une histoire très différente. Un mémo sur « La politique de la Mecque » rédigé par Lawrence pour ses agents de renseignement en 1916, révèle un calcul britannique plus trompeur pour soutenir certaines factions de la révolte arabe :

Les Arabes sont encore moins stables que les Turcs. S’ils étaient correctement gérés, ils resteraient dans un état de mosaïque politique, un tissu de petites principautés jalouses, incapables de cohésion, et pourtant toujours prêtes à se combiner contre une force extérieure. L’alternative à cela semble être le contrôle et la colonisation par une puissance européenne autre que nous, ce qui entrerait inévitablement en conflit avec les intérêts que nous possédons déjà au Proche-Orient.

Plus tard, dans un rapport sur la « Reconstruction de l’Arabie » que Lawrence rédigea pour le Cabinet britannique à la fin de la guerre, il fut encore plus explicite sur la tactique cynique de diviser pour mieux régner en jeu dans le soutien britannique à la Révolte arabe : « Lorsque la guerre éclata, un besoin urgent de diviser l’Islam s’ajouta, et nous nous sommes réconciliés pour rechercher des alliés plutôt que des sujets. [. . .] Nous espérions, par la création d’un cercle d’États clients, insistant eux-mêmes sur notre patronage, tourner le flanc actuel et futur de toute puissance étrangère ayant des visées sur les trois fleuves. « 

ALEC GUINNESS (COMME LE PRINCE FAISAL) : Lawrence ! . . . Ou est-ce Major Lawrence ?
LAWRENCE : Monsieur !
FAISAL : Ah. Eh bien, général, je vais vous laisser. Le major Lawrence a sans doute des rapports à faire. Sur mon peuple. Et de leur faiblesse. Et la nécessité de les garder faibles… dans l’intérêt des Britanniques.
SOURCE : LAWRENCE D’ARABIE

Lawrence et le personnel militaire et diplomatique de l’Empire britannique étaient en effet très occupés au lendemain de la Première Guerre mondiale. À bien des égards, l’après-guerre représente le zénith de cet empire et l’aboutissement de siècles de manipulation britannique au Moyen-Orient. Poussés par un mélange de nécessité politique et d’orgueil impérial, les planificateurs impériaux ont conclu des accords secrets qui ont redessiné la carte du Moyen-Orient et confirmé une fois de plus l’accusation séculaire selon laquelle il ne fallait pas faire confiance à la perfide Albion.

En 1916, les Britanniques et les Français ont conclu un pacte pour se partager le territoire de l’Empire ottoman s’ils gagnaient la guerre. Ce traité – connu sous le nom d’accord Sykes-Picot, du nom des diplomates qui ont négocié le document – était la négation directe de l’ensemble des promesses que les Britanniques avaient déjà faites sur le territoire, notamment les promesses territoriales faites à Ali Ibn Husain, le chérif de La Mecque qui a mené la révolte arabe contre les Turcs, le traité de Darin qui avait promis à Ibn Saud la protection britannique pour ses conquêtes dans la péninsule arabique en échange de son soutien dans la guerre, et la déclaration Balfour qui promettait aux sionistes une patrie juive en Palestine.

Bien que la révélation de l’accord secret Sykes-Picot par les bolcheviks en 1917 ait constitué un embarras considérable pour les Britanniques et les Français, elle n’a guère entravé leurs plans. L’accord a servi de base au partage final de l’Empire ottoman après la guerre, et les frontières nationales qu’il a contribué à créer ont façonné un siècle de querelles et de conflits politiques dans la région.

Mais il ne suffisait pas de tracer les lignes sur les cartes qui allaient définir le Moyen-Orient d’après-guerre, les Britanniques devaient façonner le développement de la région dans leur propre intérêt, créant ainsi des nations entières. Dans la péninsule arabique, ils ont placé leurs espoirs en Ibn Saoud, dont l’unique objectif de conquête de l’Arabie, selon leurs calculs, contrerait la montée d’un mouvement panislamique plus large qui pourrait remettre en question la suprématie de la Grande-Bretagne dans la région. Comme l’écrit l’historien Mark Curtis dans son livre, Secret Affairs : La collusion de la Grande-Bretagne avec l’islam radical :

Le gouvernement britannique de l’Inde avait craint le parrainage britannique d’un calife arabe qui dirigerait l’ensemble du monde musulman, et les effets que cela pourrait avoir sur les musulmans en Inde, et avait donc favorisé Ibn Saoud, dont les prétentions étaient limitées à l’Arabie.

La subvention britannique sur laquelle Ibn Saoud comptait dans sa quête d’unification de la péninsule, qui s’élevait à 5 000 £ par mois à la fin de la guerre, a été portée à 100 000 £ par an en 1922 par Winston Churchill, alors secrétaire colonial. Churchill a reconnu que les combattants de Saoud – les « Ikhwan », ou confrérie de partisans de la ligne dure et d’adhérents à la stricte secte wahhabite de l’Islam – étaient « austères, intolérants, bien armés et sanguinaires » et « considéraient comme un article de devoir, ainsi que de foi, de tuer tous ceux qui ne partageaient pas leurs opinions et de faire de leurs femmes et de leurs enfants des esclaves ». Alors pourquoi les Britanniques ont-ils soutenu Saud et ses hommes ? « Mon admiration pour lui [Ibn Saoud] était profonde », avouera plus tard Churchill, « en raison de sa loyauté sans faille envers nous ».

Cette loyauté a porté ses fruits. Les Britanniques sont les premiers à reconnaître officiellement la souveraineté d’Ibn Saoud sur le territoire qu’il vient de conquérir dans la péninsule, et en retour, Ibn Saoud signe un traité par lequel il s’engage à empêcher ses forces d’attaquer les protectorats voisins de la Grande-Bretagne. En 1932, Ibn Saoud devient le roi Saoud du nouveau « Royaume d’Arabie saoudite ». Mais même le nouveau nom de la nation est britannique. C’est George Rendel, chef du département oriental du ministère britannique des Affaires étrangères, qui l’a suggéré.

Les Britanniques se livrent à des jeux similaires dans toute la région, armant, finançant et encourageant ceux qui acceptent de travailler avec eux – y compris les radicaux islamiques violents – et sapant toute contestation potentielle de la domination britannique.

En Palestine, les Britanniques gracient Amin al-Husseini, qui a été condamné à dix ans de prison pour sa participation aux émeutes de 1920 à Jérusalem, et le nomment Grand Mufti de Palestine (un titre inventé par les Britanniques) à condition qu’il coopère avec les autorités britanniques.

En Égypte, qui est devenue un protectorat britannique après la Première Guerre mondiale, la montée en puissance des Frères musulmans – un mouvement de masse islamiste fondé par Hassan al-Banna – a parfois constitué une menace explicite pour la présence militaire britannique dans le pays. Néanmoins, sa position en tant qu’alternative au nationalisme laïc et au communisme – que la Grande-Bretagne considérait comme des menaces croissantes pour son influence dans la région – signifiait que les Britanniques étaient prêts à collaborer avec la Confrérie contre leurs ennemis communs, finançant même secrètement le groupe en 1942.

En Irak, les Britanniques, inquiets de l’agitation qui règne dans leur mandat mésopotamien, aident le prince Faisal à devenir Faisal I, roi d’Irak. Faisal – recommandé par T. E. Lawrence, guidé (à sa propre demande) par des conseillers britanniques et voyageant aux frais des Britanniques – remporte un plébiscite soutenu par les Britanniques pour devenir roi d’Irak en 1921.

L’étendue de l’influence britannique sur la région pendant la période d’après-guerre était, rétrospectivement, stupéfiante. Mais le nombre de machinations, de manipulations et d’alliances changeantes qui ont été nécessaires pour maintenir ce système de mandats, de protectorats et de gouvernements fantoches était un signe que les Britanniques n’étaient pas tout-puissants. Au contraire. Leur influence, voire leur empire lui-même, était en train de décliner, bientôt remplacés par la nouvelle superpuissance mondiale montante, les États-Unis.

Les États-Unis n’ont même pas attendu la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’avènement de la Pax Americana pour entamer leur propre « diplomatie » avec les musulmans de la région.

BULLETIN D’INFORMATION : Un destroyer américain s’approche d’un croiseur au Grand Lac Amer sur le canal de Suez en Egypte. Il amène Ibn Saud, roi des cinq millions d’habitants de l’Arabie saoudite, à une conférence avec le président Roosevelt, qui fait escale ici à son retour de la conférence de Crimée. Le destroyer a été paré de tapis rouges pour le monarque. Ce voyage de 800 miles marque la première fois que le roi Ibn Saoud quitte son pays natal.
SOURCE : Roosevelt rencontre Saoud

La rencontre du président Franklin Roosevelt avec le roi Ibn Saoud à bord de l’USS Quincy sur le Grand Lac Amer en Égypte en février 1945 n’était pas un échange ordinaire de plaisanteries diplomatiques. Le premier voyage à l’étranger du roi Saoud comportait un certain nombre de demandes inhabituelles et d’arrangements spéciaux. Les Saoudiens ont insisté pour emmener un contingent de 48 hommes alors que les Américains avaient dit qu’ils ne pouvaient en accueillir que 10. Ils ont insisté pour dormir dans des tentes plantées sur le pont du navire plutôt que dans les cabines fournies. Ils ont insisté pour apporter leurs propres moutons, le roi estimant que les bons musulmans ne mangent que des animaux fraîchement abattus.

Mais, hormis les irrégularités, la réunion a été capitale.

Premièrement, elle a démontré l’importance de la relation entre l’Arabie saoudite et les États-Unis à une époque où une grande partie du monde ne savait pas grand-chose et se souciait peu des événements qui se déroulaient dans la péninsule arabique.

Deuxièmement, elle a établi les termes de cette relation : à savoir, une garantie américaine de défense militaire de l’Arabie saoudite (y compris la promesse de Roosevelt de « ne rien faire pour aider les Juifs contre les Arabes ») en échange de concessions saoudiennes, y compris l’autorisation d’utiliser des aérodromes et des routes de survol américains à travers le royaume et l’accès à Dharhan, où la California Arabian Standard Oil Corporation (qui est devenue plus tard Aramco) avait foré le premier puits de pétrole commercialement viable dans le pays juste sept ans auparavant.

Et troisièmement, il a marqué l’aube d’une nouvelle ère. L’Empire britannique n’est plus la principale puissance étrangère à l’origine des événements dans la région. Désormais, l’une des principales considérations de politique étrangère du monde musulman était les États-Unis et leurs énormes ressources militaires et financières.

Ce changement d’ordre mondial n’a pas été instantané. Pendant un certain temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont collaboré à des opérations qui favorisaient leurs intérêts mutuels dans la région. Ces « intérêts » incluaient l’opposition à la menace croissante des gouvernements nationalistes laïques qui, contrairement à la Maison des Saoud et à d’autres monarchies soutenues par l’Occident au Moyen-Orient, étaient moins dociles aux pots-de-vin et plus intéressés par la nationalisation des ressources de leur pays.

En mars 1951, le parlement iranien a voté la nationalisation de l’Anglo-Iranian Oil Company – le géant pétrolier britannique qui a découvert du pétrole près du golfe Persique en 1908 – et a offert le poste de premier ministre du gouvernement à Mohammed Mossadegh, un nationaliste laïc au franc-parler. Immédiatement après son entrée en fonction, Mossadegh a procédé à la nationalisation, en déclarant :

Nos longues années de négociations avec les pays étrangers [. . .] n’ont donné aucun résultat jusqu’à présent. Avec les revenus du pétrole, nous pourrions couvrir l’ensemble de notre budget et combattre la pauvreté, la maladie et l’arriération de notre peuple. Une autre considération importante est qu’en éliminant le pouvoir de la compagnie britannique, nous éliminerions également la corruption et les intrigues par lesquelles les affaires internes de notre pays ont été influencées. Lorsque cette tutelle aura cessé, l’Iran aura atteint son indépendance économique et politique.

La nationalisation met Téhéran sur une trajectoire de collision avec Londres. Mais la Grande-Bretagne sait qu’une intervention militaire n’est pas possible sans l’approbation des États-Unis et, malgré les sanctions économiques sévères imposées au pays et le boycott de l’industrie pétrolière nouvellement nationalisée, auquel se joint une grande partie du monde occidental, elle ne peut pas renverser le gouvernement iranien elle-même. Ils doivent donc se tourner vers les États-Unis.

Bien que l’administration Truman hésite au départ à s’impliquer, la situation change avec l’élection de Dwight D. Eisenhower et l’installation des frères Dulles, Allen et John Foster, respectivement comme directeur de la CIA et secrétaire d’État. En juin 1953, la CIA avait déjà adapté la proposition de coup d’État britannique à sa propre opération secrète, baptisée opération TPAJAX.

Secret de polichinelle dans le monde du renseignement, le rôle de la CIA/MI6 dans le renversement de Mossadegh a été officiellement nié par le gouvernement américain pendant plus d’un demi-siècle et n’est toujours pas reconnu par le gouvernement britannique à ce jour. Néanmoins, l’histoire interne de la CIA sur l’opération, révélée au public pour la première fois en 2000, confirme l’ampleur du rôle américain et britannique dans le coup d’État.

Ils convainquent le Shah d’Iran d’accepter le plan. Ils désignent le général Fazlollah Zahedi comme successeur de Mossadegh. Ils ont lancé une campagne de propagande pour dépeindre Mossadegh – un fervent adepte du nationalisme démocratique qui excluait rigoureusement le parti communiste de la nation de son gouvernement – comme un sympathisant communiste qui ferait tomber l’Iran dans les bras des Soviétiques ; ils ont dépensé des centaines de milliers de dollars pour soudoyer des journalistes, des religieux et même des membres du Parlement iranien pour qu’ils acceptent le complot ; et ils ont utilisé un réseau d’agents et des valises pleines d’argent pour provoquer des émeutes et des protestations dans tout le pays.

Au final, l’opération est un succès. Mossadegh est chassé du pouvoir, le général Zahedi prend sa place, le Shah, soutenu par l’Occident, dirige le pays d’une main de fer grâce à sa redoutable police secrète pendant les 25 années suivantes, et un nouvel accord sur les ventes de pétrole iranien est conclu. Cette fois, cependant, l’Anglo-Iranian Oil Company, rebaptisée British Petroleum, n’aura pas le monopole des lucratives réserves pétrolières du pays ; un consortium international a été constitué pour partager les bénéfices, avec les sociétés américaines Chevron et Standard Oil.

Mais c’est en Égypte, lors de la crise de Suez de 1956, que l’éclipse de l’ancien empire britannique par la nouvelle superpuissance américaine est la plus évidente.

Située sur les principales routes commerciales et d’épices reliant l’Europe et l’Asie, l’importance de l’Égypte pour l’Empire britannique remonte à plusieurs siècles. C’est la marine britannique, sous la direction de Nelson, et l’armée britannique, sous la direction du général Ralph Abercromby, qui ont chassé Napoléon du pays pendant la campagne française au début du XIXe siècle. Mais c’est l’ouverture du canal de Suez en 1869 qui a cimenté l’importance géopolitique de l’Égypte pour l’Empire britannique.

Le canal de Suez – qui relie la mer Méditerranée à la mer Rouge et réduit considérablement les distances de navigation entre l’Asie et l’Europe – était techniquement la propriété des Égyptiens, mais le projet avait été lancé par les Français et la société concessionnaire qui exploitait le canal avait été largement financée par des actionnaires français. Une crise économique en 1875 a toutefois contraint le gouverneur égyptien à vendre ses propres actions aux Britanniques. Comme le Parlement n’était pas en session au moment de la vente, le Premier ministre britannique Benjamin Disraeli a dû se tourner vers son ami personnel, Lionel de Rothschild, pour obtenir les 4 000 000 £ nécessaires à l’achat des actions. Après la conquête de l’Egypte par les Britanniques en 1882, un accord international est signé, déclarant le canal zone neutre sous la protection des Britanniques, dont les troupes sont désormais installées dans le pays.

Cet équilibre précaire des pouvoirs a perduré sous diverses formes pendant plus de 70 ans, d’abord sous le « protectorat voilé » de l’Égypte par la Grande-Bretagne dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale, puis sous l’occupation britannique officielle du pays pendant la Première Guerre mondiale et ses suites, et enfin sous la déclaration unilatérale d’indépendance de l’Égypte par la Grande-Bretagne en 1922, qui stipulait que les Britanniques conserveraient le pouvoir sur la défense et la politique étrangère de l’Égypte. Le contrôle de facto exercé par la Grande-Bretagne sur le pays est l’un des griefs qui ont donné naissance au Mouvement des officiers libres, un groupe de nationalistes égyptiens issus des rangs des forces armées égyptiennes qui ont renversé le roi Farouk et pris le pouvoir lors de la révolution égyptienne de 1952.

L’un des dirigeants du mouvement, Gamal Abdel Nasser Hussein, devient président de l’Égypte en 1954 et commence à mettre en œuvre une série de mesures nationalistes et anti-impérialistes qui, comme Mossadegh, le mettent en désaccord avec les forces britanniques dans son pays. Ces mesures culminent avec la nationalisation du canal de Suez par Nasser le 26 juillet 1956.

La crise de Suez conduit à une invasion conjointe du pays par les Britanniques, les Français et les Israéliens, mais dans ce cas, les États-Unis, sous la direction d’Eisenhower, refusent de soutenir l’invasion. Au lieu de cela, Eisenhower, toujours convaincu que la diplomatie et la pression pouvaient faire sortir Nasser de l’orbite soviétique et aider l’Amérique à renforcer son influence sur le monde arabe, se joint à l’URSS pour mettre fin à l’invasion.

La crise marque un tournant définitif. L’ère de l’Empire britannique est révolue. L’ère de la superpuissance américaine a commencé. Désormais, la puissance militaire et financière américaine sera le facteur déterminant dans le monde musulman, voire dans le monde en général.

Mais les Américains ont bien appris de leurs prédécesseurs britanniques. Les mêmes tactiques d’alliances stratégiques et changeantes, de doubles transactions et d’opérations secrètes que les Britanniques avaient utilisées pour maintenir leur influence pendant des siècles seraient désormais employées par les Américains pour accroître leur propre pouvoir.

Ils ont appliqué ces leçons en Iran, où ils ont soutenu la dictature brutale du Shah tout en maintenant un canal de communication secret avec le chef religieux en exil, l’ayatollah Khomeini.

Ils ont appliqué ces leçons en Indonésie, où les États-Unis ont soutenu à plusieurs reprises les factions islamiques dans leur rébellion contre le gouvernement Sukarno, le gouvernement Sukarno lui-même et, finalement, Suharto, qui a massacré plus d’un demi-million de personnes lors de son ascension au pouvoir soutenue par les États-Unis.

Ils ont appliqué ces leçons dans la péninsule du Sinaï où, comme le montrent des documents déclassifiés, le secrétaire d’État américain Henry Kissinger a aidé à organiser la guerre du Kippour afin que « les Arabes concluent que la seule voie vers la paix passait par nous » et que les Israéliens concluent qu' »ils devaient dépendre de nous pour gagner et qu’ils ne pourraient pas gagner si nous étions trop récalcitrants ».

Et ils ont appliqué ces leçons en Arabie saoudite, où le secrétaire au Trésor William Simon a contribué à consacrer le rôle central du dollar américain dans la géopolitique mondiale et a sauvé les États-Unis de la crise pétrolière de 1973 en négociant le système du pétrodollar, un accord secret avec la Maison des Saoud pour acheter du pétrole saoudien et leur vendre des armes et des équipements en échange de la promesse saoudienne de financer la dette américaine en investissant leurs revenus pétroliers dans des bons du Trésor américain.

Cette ère d’intrigues et de doubles jeux dirigés par les Américains allait culminer avec l’une des années les plus importantes de l’ère moderne pour le monde musulman : 1979.

C’était l’année de la révolution iranienne, lorsque le renversement de Mossadegh par les Américains et les Britanniques en 1953 s’est soldé par le renversement du Shah soutenu par l’Occident et la première grande victoire des forces de l’islam politique avec la création de la République islamique d’Iran.

C’est l’année de la prise de la Grande Mosquée de La Mecque, lorsque les partisans de la ligne dure de l’Islam ont choqué le monde musulman en prenant d’assaut la mosquée la plus sacrée de l’Islam et, au cours d’une confrontation dramatique de deux semaines, en appelant au renversement de la Maison des Saoud et à la fin de ses tentatives d’occidentalisation.

C’est l’année où le président égyptien Anouar el-Sadate a signé un traité de paix avec Israël, normalisant les relations entre les deux pays et conduisant à l’assassinat de Sadate par des membres du Jihad islamique égyptien deux ans plus tard.

C’est aussi l’année où l’évolution de la situation en Afghanistan a déclenché une série d’événements qui ont conduit à la création du groupe que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d' »Al-Qaïda ».

La veille de Noël 1979, les troupes soviétiques ont commencé à envahir l’Afghanistan. Au départ, le public américain a vu dans cette invasion un acte d’agression spontané, la première salve d’une nouvelle campagne menée par les Russes pour conquérir la région et bouleverser l’ordre mondial.

JIMMY CARTER : Cinquante mille soldats soviétiques lourdement armés ont franchi la frontière et sont maintenant dispersés dans tout l’Afghanistan, tentant de conquérir le peuple musulman farouchement indépendant de ce pays
[. . .]
Si les Soviétiques sont encouragés dans cette invasion par un éventuel succès, et s’ils maintiennent leur domination sur l’Afghanistan et étendent ensuite leur contrôle aux pays adjacents, l’équilibre stable, stratégique et pacifique du monde entier sera modifié.
SOURCE : 4 janvier 1980 : Discours sur l’Afghanistan

Comme le savent désormais les historiens ayant accès aux archives documentaires de l’URSS, les dirigeants soviétiques étaient extrêmement réticents à s’engager en Afghanistan. Bien conscients de la réputation du pays en tant que « cimetière des empires« , les politiciens et les chefs militaires soviétiques savaient que toute tentative d’amener l’Afghanistan sous contrôle militaire et politique serait extrêmement difficile.

Au lieu de cela, l’invasion a été le résultat final d’une série d’événements qui ont menacé de plonger l’Afghanistan et la région environnante dans le chaos.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’élite politique urbaine et cosmopolite de la nation rurale et agraire de l’Afghanistan a entamé une série de réformes et de projets de développement qui, espéraient-ils, feraient entrer leur pays dans l’ère moderne. Cherchant de l’aide dans cette tâche, ces dirigeants se sont tournés vers l’URSS qui, en plus de fournir 100 millions de dollars en crédits à faible taux d’intérêt pour financer les projets, a également accueilli des membres de l’élite politique et militaire du pays pour les former dans des institutions soviétiques. À leur tour, ces jeunes élites afghanes ont ramené le communisme dans leur pays.

Les communistes afghans ont soutenu un coup d’État sans effusion de sang à Kaboul en 1973, renversant le roi et instituant un État à parti unique dont le gouvernement comprenait une représentation du Parti démocratique populaire d’Afghanistan (PDPA), un parti marxiste-léniniste pro-soviétique qui se vantait de ses liens avec l’armée nationale afghane. Mais le PDPA, frustré par le manque apparent de progrès vers les objectifs communistes de la part de ce nouveau gouvernement, a précipité un autre coup d’État en 1978. Ce nouveau gouvernement communiste, dirigé par Nur Muhammad Taraki, a présidé à une période de réformes spectaculaires : Des réformes foncières ont cherché à limiter la quantité de terres qu’une famille pouvait posséder ; des réformes sociales ont aboli la charia, commencé l’éducation des femmes et cherché à mettre fin au mariage forcé et à d’autres pratiques traditionnelles ; les dissidents politiques ont été arrêtés et les villageois résistants massacrés.

Violemment combattu par les fondamentalistes islamiques et les conservateurs du pays, ainsi que par des factions opposées au sein de son propre parti, Taraki a été renversé en septembre 1979 et tué le mois suivant. Le successeur de Taraki et son ancien protégé, Hafizullah Amin, a dirigé un gouvernement encore plus court et plus turbulent. Arrivé à la présidence en septembre, Amin – qui, de l’avis des Russes, cherchait à améliorer les relations de l’Afghanistan avec les États-Unis – a été déposé lorsque les forces soviétiques sont entrées dans le pays et l’ont assassiné le 27 décembre 1979.

L’histoire officielle – écrite par la CIA, reprise par le département d’État américain et diffusée dans les productions hollywoodiennes – maintient que la réponse américaine aux événements en Afghanistan – une réponse qui allait inclure des milliards de dollars d’armes, de fonds et de formation pour la résistance islamique aux forces soviétiques – a commencé après l’invasion soviétique en 1979.

TERRY BOZEMAN (EN TANT QUE « PRÉSENTATEUR DU PRIX CIA ») : La défaite et le démantèlement de l’empire soviétique, qui a culminé avec l’effondrement du mur de Berlin, est l’un des grands événements de l’histoire mondiale. De nombreux héros ont participé à cette bataille, mais c’est à Charlie Wilson que revient cette reconnaissance spéciale.
Il y a tout juste 13 ans, l’armée soviétique semblait invincible. Mais Charlie, sans se décourager, a porté un coup fatal qui a affaibli l’empire communiste. Sans Charlie, l’histoire serait énormément et tristement différente.
Et donc, pour la première fois, un civil reçoit notre plus haute reconnaissance, celle de collègue d’honneur. Mesdames et Messieurs des Services Clandestins, le député Charles Wilson.
SOURCE : La guerre de Charlie Wilson

Mais cela aussi est un mensonge. En réalité, l’opération secrète d’aide aux « combattants de la liberté » moudjahidines n’a pas commencé après l’invasion soviétique, et elle n’est pas l’œuvre de Charlie Wilson.

Comme l’a révélé l’ancien directeur de la CIA Robert Gates dans son autobiographie de 1996, l’aide aux moudjahidin afghans n’a pas commencé après l’invasion soviétique, mais six mois auparavant, en juillet 1979, lorsque le président Jimmy Carter a signé une opération secrète visant à aider et à financer les forces de résistance en Afghanistan. Cette opération a été menée en sachant pertinemment que ces forces risquaient de contrarier et d’attirer les Soviétiques dans le pays, ce qui est précisément ce que souhaitait une certaine faction de la Maison Blanche de Carter – connue sous le nom de « saigneurs » pour sa propension à « saigner » l’Union soviétique par le biais d’une guérilla engagée comme celle que les États-Unis avaient connue au Vietnam.

Cela a été confirmé deux ans plus tard par Zbigniew Brzezinski, le conseiller à la sécurité nationale de Carter, dans une interview de 1998 :

Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidines a commencé au cours de l’année 1980, c’est-à-dire après l’invasion de l’Afghanistan par l’armée soviétique le 24 décembre 1979. Mais la réalité, jusqu’à présent soigneusement gardée, est tout autre : En effet, c’est le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive d’aide secrète aux opposants au régime pro-soviétique de Kaboul. Et le jour même, j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait induire une intervention militaire soviétique.

Le programme que Carter a approuvé, baptisé opération Cyclone et présenté comme « la plus grande opération secrète de l’histoire« , s’est poursuivi et étendu tout au long des années 1980, entraînant la montée des talibans et l’encouragement de ce que Brzezinski a appelé dans cette même interview « certains musulmans agités ».

KENNETH BRANNAGH : Le conseiller américain à la sécurité nationale Brzezinski s’envole pour le Pakistan afin de rallier la résistance. Il veut armer les moudjahidines sans révéler le rôle de l’Amérique. A la frontière afghane, près du col de Khyber, il exhorte les « soldats de Dieu » à redoubler d’efforts.
ZBIGNIEW BRZEZINSKI (au Pakistan) : Nous connaissons leur profonde croyance en Dieu et nous sommes convaincus que leur lutte sera couronnée de succès. Cette terre là-bas est la vôtre. Vous y retournerez un jour parce que votre combat l’emportera. Et vous retrouverez vos maisons et vos mosquées, parce que votre cause est juste et que Dieu est de votre côté.
BRZEZINSKI (interview) : Le but de la coordination avec les Pakistanais serait de faire saigner les Soviétiques autant et aussi longtemps que possible.
SOURCE : Soldats de Dieu (Episode 20)

Les nouvelles de la lutte commencent à se répandre dans le monde arabe, et bientôt les récits des courageux moudjahidines combattant les infidèles communistes deviennent un cri de ralliement pour le djihad. La résistance afghane avait fait de Peshawar, juste de l’autre côté de la frontière pakistanaise, son quartier général, et c’est là que les visiteurs du monde musulman ont entendu de première main les récits des batailles contre les Soviétiques et ont vu de leurs propres yeux la misère des réfugiés qui avaient été chassés de chez eux par les envahisseurs russes.

L’un de ces visiteurs était Abdullah Azzam, un jeune Palestinien passionné dont l’activisme militant lui avait coûté son poste de professeur à l’université du roi Abdulaziz à Djeddah et l’avait incité à accepter un poste à Islamabad afin d’être plus proche du jihad afghan. Mais ce n’était pas encore assez proche, et il a démissionné de son poste pour se consacrer à plein temps à la cause afghane. Il passe du temps dans les camps de réfugiés et dans la base des moudjahidines de Peshawar, émet une fatwa affirmant que les musulmans ont le devoir de mener le djihad en Afghanistan et se rend fréquemment à Djeddah, où il recrute de jeunes musulmans pour la cause. Pendant son séjour à Djeddah, il a séjourné dans l’appartement d’un riche jeune Saoudien nommé Oussama ben Laden.

Oussama ben Laden était le 17e des 54 enfants de Mohammed ben Awad ben Laden, un ouvrier itinérant du Yémen qui avait gravi les échelons dans l’industrie de la construction saoudienne pour devenir l’un des non-royaux les plus riches du royaume saoudien. L’entreprise de Mohammed ben Laden – aujourd’hui connue sous le nom de Binladin Group Global Holding Company et comprenant un conglomérat multinational tentaculaire de plusieurs milliards de dollars impliqué dans certains des plus grands projets de construction au monde – a connu des débuts modestes.

Après avoir quitté son Yémen natal pour Jeddah en 1930, Mohammed bin Laden a trouvé un emploi de docker, puis de maçon pour Aramco pendant le premier boom pétrolier du pays. Lorsqu’Aramco a cherché à sous-traiter certains des travaux de construction qu’il avait entrepris pour le gouvernement saoudien, ben Laden a profité de l’occasion pour développer sa propre entreprise de construction. Ses normes de construction exigeantes, combinées à son énergie, son honnêteté et sa volonté de travailler côte à côte avec ses hommes, ont valu à Mohammed ben Laden une réputation d’artisan et d’enseignant et l’ont fait remarquer par le ministre des finances du roi Ibn Saoud.

Le roi Saud vieillissant, désormais largement confiné dans un fauteuil roulant, a donné à Ben Laden l’occasion de rénover son palais de Djeddah afin que sa voiture puisse être conduite par une rampe directement à sa chambre du deuxième étage. Impressionné par le travail de Ben Laden (et par le geste de Ben Laden qui a conduit personnellement la voiture du roi sur la rampe nouvellement installée pour s’assurer qu’elle pouvait supporter son poids), le roi lui a confié un certain nombre de projets de plus en plus importants et l’a même nommé ministre honoraire des travaux publics. L’entreprise de Ben Laden, rebaptisée plus tard Saudi Binladin Group, construira la plupart des routes du royaume, rénovera la mosquée du prophète à Médine et même la Grande Mosquée de La Mecque.

Bien que la fortune de Mohammed ben Laden ait été divisée entre des dizaines d’héritiers et que le père d’Oussama ait divorcé de sa mère peu après sa naissance, le cadet des ben Laden est né dans un luxe que peu de personnes dans le royaume, en dehors de la famille royale, connaîtront jamais. La part d’Oussama ben Laden dans la fortune familiale a été estimée à 30 millions de dollars, et l’on s’attendait à ce qu’il reprenne, comme beaucoup de ses frères, l’entreprise familiale. Il a étudié l’économie et l’administration des affaires à l’université du roi Abdulaziz, où il a rencontré et a été influencé par Abdullah Azzam, qui était alors déjà connu pour son credo « Le djihad et le fusil seuls : pas de négociations, pas de conférences et pas de dialogues ».

Les récits sur le moment et la manière dont Oussama ben Laden s’est retrouvé en Afghanistan diffèrent. Selon Oussama lui-même, s’adressant à Robert Fisk lors de sa première interview pour la presse occidentale en 1993 : « Lorsque l’invasion de l’Afghanistan a commencé, j’étais enragé et je suis allé là-bas immédiatement – je suis arrivé en quelques jours, avant la fin de 1979. » D’autres affirment qu’Oussama n’avait jamais entendu parler de l’Afghanistan avant l’invasion soviétique et qu’il n’a pas mis les pieds dans le pays lui-même avant 1984.

Quoi qu’il en soit, au milieu des années 1980, Oussama ben Laden était connu comme l’un des principaux collecteurs de fonds pour la cause afghane dans le monde arabe, utilisant ses relations familiales pour recueillir les dons des riches Saoudiens et les acheminer au Pakistan pour aider les combattants sur le terrain. En 1984, Oussama et Azzam ont cofondé Maktab al-Khidamat (MAK), ou le « Bureau des services », que le gouvernement américain identifiera plus tard comme « l’organisation précurseur d’Al-Qaïda ». Le groupe visait à recruter les combattants étrangers qui répondaient à l’appel d’Azzam à rejoindre le djihad en Afghanistan, Ben Laden fournissant de l’argent par le biais de ses relations pour la collecte de fonds et par des contributions directes.

Au départ, il ne s’agissait guère que d’une maison d’hôtes à Peshawar où les recrues étrangères de la guerre en Afghanistan pouvaient s’arrêter sur le chemin du front, mais l’opération s’est rapidement développée à mesure que l’argent affluait et que de nouveaux combattants commençaient à arriver. Elle a rapidement attiré l’attention d’autres personnalités de la guerre afghane, notamment Gulbuddin Hekmatyar – un brutal seigneur de guerre afghan soutenu par les États-Unis à hauteur de 600 millions de dollars et connu pour avoir tué plus d’Afghans que de Soviétiques – et le Dr Ayman Al-Zawahiri, chef du Jihad islamique égyptien qui allait devenir le bras droit d’Oussama ben Laden.

Le New Yorker a appelé Zawahiri « L’homme derrière Ben Laden« . Syed Saleem Shahzad, un journaliste pakistanais ayant accès à de hauts commandants d’Al-Qaïda, a affirmé que c’était Zawahiri, et non la « figure de proue » Ben Laden, qui « formulait la ligne idéologique de l’organisation et concevait les plans opérationnels ».

Né en 1951 dans une banlieue du Caire au sein d’une famille de classe moyenne distinguée, Zawahiri étudie la médecine à l’université du Caire, obtient une maîtrise en chirurgie et sert pendant trois ans comme chirurgien dans l’armée égyptienne avant de créer sa propre clinique. Il portait des vêtements occidentaux, évitait l’activisme islamiste radical qui balayait le campus pendant ses études et, selon un Occidental qui l’a rencontré au milieu des années 1970, ne parlait ni n’agissait comme « un musulman traditionnel ».

Mais, nous sommes invités à croire que tout cela n’était qu’une façade. En fait, selon les auteurs de l’histoire officielle d’al-Qaïda, Zawahiri était un radical de toujours qui avait rejoint les Frères musulmans en 1965, à l’âge de 14 ans, et s’était engagé sur la voie du jihad violent l’année suivante, après l’exécution du chef de la confrérie de l’époque, Sayyid Qutb.

Qutb était célèbre pour le rôle qu’il a joué en inspirant une génération de musulmans radicaux – dont Azzam, Oussama et Zawahiri – à se lancer dans le djihad violent contre l’Occident et les forces de la modernité pour créer un nouveau califat. On se souvient moins de l’affirmation de Qutb selon laquelle – dans les années 1960, alors que le roi saoudien Faisal conspirait ouvertement avec la CIA et Aramco pour stimuler les groupes musulmans anti-socialistes et saper le panarabisme et le nationalisme arabe – « l’Amérique a fait l’Islam ».

Zawahiri, âgé de 15 ans à l’époque, a réagi à l’exécution de Qutb en aidant à « former une cellule militante clandestine vouée à remplacer le gouvernement égyptien laïc par un gouvernement islamique ». À la fin des années 1970, un certain nombre de ces cellules avaient fusionné en une organisation militante plus importante, le Jihad islamique égyptien, qui, furieux de la signature d’un traité de paix avec Israël par le président Anouar el-Sadate, l’a assassiné lors d’un défilé militaire le 6 octobre 1981.

Zawahiri faisait partie des plus de 300 militants rassemblés à la suite de l’assassinat et, maîtrisant le mieux l’anglais parmi les accusés, il est devenu leur porte-parole auprès de la presse internationale.

PRISONNIER : Pour le monde entier, voici notre parole par le Dr Ayman Zawahiri.
AYMAN AL-ZAWAHIRI : Maintenant nous voulons parler au monde entier. Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Pourquoi nous ont-ils amenés ici ? Et ce que nous voulons dire ? A propos de la première question : Nous sommes des musulmans. Nous sommes des musulmans qui croient en leur religion. [Nous croyons en notre religion, tant dans son idéologie que dans sa pratique, et c’est pourquoi nous avons fait de notre mieux pour établir un État islamique et une société islamique !
SOURCE : Le pouvoir des cauchemars Pt. 1

Avant d’être arrêté, Zawahiri avait déjà passé un certain temps à Peshawar, où il avait vu de ses propres yeux la misère des camps de réfugiés et même traversé la frontière afghane pour assister aux combats eux-mêmes. Après sa libération de prison en Égypte en 1984, Zawahiri s’est rendu à Djeddah, puis est retourné à Peshawar.

Ainsi, au milieu des années 1980, tous les principaux personnages associés à la montée de la terreur islamique moderne et à la fondation d’al-Qaïda – Azzam, Oussama, Zawahiri et leurs premiers associés – étaient désormais directement impliqués dans la guerre en Afghanistan. Ils ne formaient pas un groupe unique et cohésif : Ozzam et Zawahiri étaient rivaux pour obtenir les fonds et l’attention d’Oussama, Zawahiri répandant même des rumeurs parmi les moudjahidin selon lesquelles Azzam travaillait pour les Américains. Mais ensemble, ils formaient l’épine dorsale de ce qu’on allait appeler les « Arabes afghans », un terme inexact pour désigner tous les jihadistes étrangers venus combattre en Afghanistan, qu’ils soient arabes (y compris les Saoudiens recrutés par Oussama et les membres égyptiens du groupe du Jihad islamique de Zawahiri) ou non arabes (Turcs, Malais et autres du monde musulman).

Les Arabes afghans n’étaient pas la principale force combattante en Afghanistan. Ils ne représentaient qu’un faible pourcentage de l’ensemble des moudjahidines, se querellaient souvent avec les combattants afghans et n’ont remporté pratiquement aucune victoire importante dans la lutte contre les Soviétiques. Mais l’histoire de ces « guerriers saints » qui avaient répondu à l’appel du djihad s’est répandue dans le monde musulman, aidée en grande partie par leur propre propension à l’autopromotion. Azzam a lancé le magazine Al-Jihad pour faire connaître les exploits des Arabes afghans et, grâce au financement d’Oussama, il a pu en faire un sujet de préoccupation international. Distribué en Amérique par le Centre islamique de Tucson, en Arizona, le magazine vendait des milliers d’exemplaires par mois rien qu’aux États-Unis.

Mais depuis quelque temps, la nature du rôle joué par les États-Unis dans l’encouragement et le financement des Arabes afghans fait l’objet d’un débat. Si les historiens, les universitaires et les journalistes s’accordent à dire que les fonds versés par la CIA pour le djihad afghan – estimés à plus de 3 milliards de dollars – sont parvenus aux combattants arabes, l’existence d’un contact direct entre les services de renseignement américains et Oussama ben Laden a longtemps fait débat.

Dans l’histoire officiellement sanctionnée de la guerre afghano-soviétique, les Américains aidaient le peuple afghan, de courageux « combattants de la liberté » engagés dans une lutte héroïque contre le maléfique empire soviétique.

RONALD REAGAN : Le fait que la liberté est la force la plus puissante du monde est démontré quotidiennement par le peuple afghan. En conséquence, je dédie, au nom du peuple américain, le lancement de la navette Columbia le 22 mars au peuple afghan.
SOURCE : Discours de proclamation de la journée de l’Afghanistan
REAGAN : Le soutien que les États-Unis ont apporté à la résistance sera renforcé, plutôt que diminué, afin qu’elle puisse continuer à lutter efficacement pour la liberté. Une lutte juste contre une tyrannie étrangère peut compter sur un soutien mondial, tant politique que matériel.
[. . .]
Au nom du peuple américain, je salue le président Kalis, sa délégation et le peuple afghan lui-même.[Applaudissements]
Vous êtes une nation de héros.
SOURCE : Remarques du président Reagan après une réunion avec les chefs de la résistance afghane, le 12 novembre 1987.
RICHARD CRENNA (COMME SAM TRAUTMAN) : Difficile à croire, John.
SYLVESTER STALLONE (JOHN RAMBO) : Qu’est-ce que c’est, monsieur ?
TRAUTMAN : Eh bien, je déteste l’admettre, mais je pense que nous nous ramollissons.
Peut-être juste un peu, monsieur. Juste un peu.
[LÉGENDE : CE FILM EST DÉDIÉ AU VAILLANT PEUPLE D’AFGHANISTAN]
SOURCE : RAMBO III

C’est ce que soutient le rapport final de la Commission du 11 septembre, selon lequel l’aide secrète fournie par les États-Unis pour l’opération est allée au Pakistan, qui a ensuite distribué les fonds et les fournitures directement aux combattants afghans, et non aux Arabes afghans. « L’Arabie saoudite et les États-Unis ont fourni pour des milliards de dollars d’aide secrète aux groupes rebelles d’Afghanistan qui luttaient contre l’occupation soviétique », explique la Commission du 11 septembre dans la section de son rapport consacrée à « La montée de Ben Laden et d’Al-Qaïda ». « Cette aide a transité par le Pakistan : le service de renseignement militaire pakistanais (Inter-Services Intelligence Directorate, ou ISID), a aidé à former les rebelles et à distribuer les armes. Mais Ben Laden et ses camarades avaient leurs propres sources de soutien et d’entraînement, et ils ne recevaient que peu ou pas d’aide des États-Unis. »

La Commission du 11 septembre est ici en accord avec Zawahiri lui-même, qui insistait dans son livre de 2001, Knights Under the Prophet’s Banner, sur le fait que « les États-Unis n’ont pas donné un seul centime d’aide aux moudjahidines. » Après tout, ajoute-t-il : « Si les Afghans arabes sont les mercenaires des États-Unis qui se sont maintenant rebellés contre eux, pourquoi les États-Unis sont-ils incapables de les racheter maintenant ? ».

La question rhétorique de Zawahiri n’a pas toujours reçu la réponse qu’il souhaitait. En fait, de nombreuses sources au fil des ans ont fait état de contacts directs entre les États-Unis et les Arabes afghans, voire entre la CIA et Oussama ben Laden lui-même.

Il y avait Ted Gunderson, par exemple, un vétéran de 27 ans du FBI qui affirmait avoir rencontré Ben Laden à l’hôtel Hilton de Sherman Oaks, en Californie, en 1986. Selon Gunderson, Oussama a été présenté sous le nom de « Tim Osman » et était au milieu d’une tournée américaine avec un responsable du département d’État, cherchant à se procurer des armes et un soutien pour le djihad afghan. Le seul document qui est apparu pour étayer cette histoire, cependant, était un mémo d’une page, brut, autodactylographié, d’origine inconnue, qui ne sert qu’à jeter encore plus de doute sur une histoire déjà douteuse.

Ou encore l’affirmation du journaliste Joseph Trento dans son livre de 2006, Prelude to Terror : The Rogue CIA and the Legacy of America’s Private Intelligence Network, que « l’argent de la CIA était en fait acheminé vers le MAK, puisqu’il recrutait de jeunes musulmans pour qu’ils rejoignent le jihad en Afghanistan ». Cette affirmation, cependant, provient d’un « ancien officier de la CIA » qui n’a pu être identifié car « au moment de la rédaction de ce livre, il était de retour en Afghanistan en tant que contractant privé. »

Il y a aussi Simon Reeve, qui a écrit The New Jackals – le premier livre sur Al-Qaïda – en 1998. Il y affirme que les agents américains « ont armé les hommes [de Ben Laden] en le laissant payer des armes de base à des prix dérisoires ». Cette affirmation, elle aussi, provient d’un ancien fonctionnaire anonyme de la CIA.

En 2000, le Guardian a publié un article intitulé « Ben Laden : la question qui se pose au prochain président américain« , affirmant sans ambages : « En 1986, la CIA l’a même aidé [Ben Laden] à construire un camp souterrain à Khost, où il devait former des recrues de tout le monde islamique à la guérilla. » Aucune source n’est cependant fournie pour cette affirmation.

En 2003, Michael Moran, correspondant principal de MSNBC, a écrit que : « Ben Laden, ainsi qu’un petit groupe de militants islamiques d’Égypte, du Pakistan, du Liban, de Syrie et de camps de réfugiés palestiniens dans tout le Moyen-Orient, sont devenus les partenaires « fiables » de la CIA dans sa guerre contre Moscou. » Il concède toutefois : « Il faut souligner que les preuves du lien entre Ben Laden et ces activités sont pour la plupart classifiées. »

Les partisans de l’histoire officielle soulèvent toutefois un point valable : de toutes les choses dont l’héritier multimillionnaire de la fortune de la famille Ben Laden avait besoin dans son ascension vers l’infamie internationale, l’argent n’en faisait pas partie. Non, ce dont Ben Laden avait besoin pour faire prospérer son groupe terroriste naissant n’était pas plus d’argent, mais de protection.

Alors qu’il passait du statut de « guerrier antisoviétique » à celui de cerveau du terrorisme international, Ben Laden avait besoin que les autorités ferment les yeux sur les déplacements transfrontaliers de ses membres. Il avait besoin que les procédures de sécurité de routine soient abandonnées à des moments clés. Il avait besoin que les agences de renseignement déconnectent les points et n’agissent pas sur les informations dont elles disposaient. Lorsque des membres de son organisation se faisaient prendre, il avait besoin que des ficelles soient tirées pour que ses associés puissent poursuivre leurs opérations.

Et, comme nous le verrons, c’est précisément le type de protection qu’Oussama ben Laden et ses associés devaient recevoir à maintes reprises au cours des décennies suivantes.

Indépendamment de l’implication directe des services de renseignements occidentaux dans l’armement, le financement ou l’entraînement de Maktab al-Khidamat, la question est vite devenue sans objet. Alors que la guerre d’Afghanistan tirait à sa fin inévitable et que les Soviétiques se préparaient à rentrer à Moscou, Oussama ben Laden préparait déjà un nouveau groupe pour consolider son réseau international de moudjahidines et étendre le djihad au monde entier.

Selon des documents obtenus lors d’un raid effectué en mars 2002 dans les bureaux de Sarajevo de la Benevolence International Foundation – une organisation d’aide humanitaire à but non lucratif qui a été déclarée financeur du terrorisme dans le sillage du 11 septembre – l’idée originale de la fondation d’al-Qaïda a été discutée lors d’une réunion le 11 août 1988. Étaient présents à cette réunion : Oussama Ben Laden, Mohamed Atef, ingénieur égyptien et membre du Jihad islamique égyptien de Zawahiri, qui allait devenir le commandant militaire d’al-Qaïda, Jamal al-Fadl, militant soudanais recruté pour la guerre d’Afghanistan au quartier général américain du MAK à Brooklyn, et une douzaine d’autres personnes.

Il existe des histoires contradictoires sur l’origine du nom « Al Qaeda », qui signifie « la base » en arabe. Ben Laden affirme que « Al-Qaïda » était simplement le nom utilisé pour les camps d’entraînement des moudjahidines et que « le nom est resté« . D’autres l’attribuent à Abdullah Azzam, qui a publié un bref article dans le magazine al-Jihad en avril 1988, intitulé « al-Qa’ida al-Subah« , ou « La base solide », dans lequel il écrivait :

Pour chaque invention, il doit y avoir une avant-garde (tali’a) pour la faire avancer et, tout en forçant son entrée dans la société, supporter d’énormes dépenses et des sacrifices coûteux. Il n’y a pas d’idéologie, ni terrestre ni céleste, qui ne nécessite pas une telle avant-garde qui donne tout ce qu’elle possède afin d’obtenir la victoire pour cette idéologie. Elle porte le drapeau tout au long du chemin infini et difficile jusqu’à ce qu’il atteigne sa destination dans la réalité de la vie, puisqu’Allah a voulu qu’il la fasse et se manifeste.
Cette avant-garde constitue la base solide (al-Qa’ida al-Subah) de la société attendue.

En 2005, l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères Robin Cook a affirmé qu’Al-Qaïda était littéralement « la base de données », c’est-à-dire « le fichier informatique des milliers de moudjahidines qui ont été recrutés et entraînés avec l’aide de la CIA pour vaincre les Russes. » Il n’a toutefois pas fourni de preuve de cette affirmation, ni de preuve de l’existence même d’une telle base de données, ni d’explication sur la manière dont il connaissait cette information.

Le document fondateur lui-même mentionne « Al Qaeda Al Askariya » (« la base militaire »), expliquant que : « Le Al Qaeda mentionné est fondamentalement une faction islamique organisée, son objectif sera de soulever la parole de Dieu, de rendre sa religion victorieuse. »

Il énumère les « conditions requises pour entrer dans Al Qaeda » :

  • Membres de la durée ouverte.
  • Écoute et obéissance.
  • Bonnes manières.
  • Référé par une personne de confiance.
  • Obéir aux statuts et aux instructions d’Al Qaida. Ceux-ci sont issus des règles du travail.

Il donne l’engagement pour les nouveaux membres :

Le gage de Dieu et son alliance sont sur moi, pour écouter et obéir aux supérieurs, qui font ce travail, dans l’énergie, le lever précoce, la difficulté et la facilité, et pour sa supériorité sur nous, afin que la parole de Dieu soit la plus haute, et sa religion victorieuse.

Et il se termine en notant qu’il y avait « trente frères dans Al-Qaïda, répondant aux exigences, et Dieu merci. »

La réunion n’a été notée par personne. Dans le grand schéma des choses, elle ne signifiait rien. Une bande de trente combattants, même si elle était dirigée et financée par un millionnaire saoudien, ne pouvait pas faire grand-chose par elle-même, et dans le sillage des forces sismiques qui se produisaient en Afghanistan à l’époque, elle n’a même pas été enregistrée comme un bip sur le radar de quiconque dans la région. Mais l’assistance et la protection qui allaient permettre à ce groupe de mécréants djihadistes de devenir une marque de la terreur internationale étaient déjà en place.

Les premiers signes de cette protection sont visibles dans les efforts déployés par le Maktab al-Khidamat pour recruter et former des moudjahidin pour le jihad afghan aux États-Unis. Après avoir débuté à Tucson, en Arizona, le MAK a ouvert 30 succursales dans différentes villes des États-Unis, dont la plus importante, le centre de réfugiés Al Kifah, situé dans la mosquée Faruq de Brooklyn. Le rôle de la CIA dans l’aide apportée à MAK et Al Kifah dans leurs efforts de recrutement est un fait reconnu depuis des décennies.

En 2001, Newsweek a qualifié le centre de « bâtiment lugubre du centre-ville qui a servi de poste de recrutement pour la CIA cherchant à orienter de nouvelles troupes vers les moudjahidines« .

En 1995, le New York Magazine expliquait : « Le point culminant pour les habitués du centre était la série de conférences sur le djihad, avec des intervenants parrainés par la CIA. Une semaine, sur Atlantic Avenue, il pouvait s’agir d’un rebelle afghan formé par la CIA et muni d’un visa délivré par la CIA ; la semaine suivante, c’était un béret vert arabophone à la coupe impeccable qui faisait une conférence sur l’importance de faire partie des moudjahidin. »

J. Michael Springmann, agent des visas au consulat américain de Djeddah de 1987 à 1989, a témoigné de la manière dont ses décisions de refuser des visas d’entrée aux États-Unis à des demandeurs manifestement non qualifiés étaient régulièrement annulées par des agents de la CIA au consulat dans le cadre de leur effort pour « aider les moudjahidin d’Oussama ben Laden en Afghanistan ».

J. MICHAEL SPRINGMANN : Le Consul, le Général Jay Philip Freres, un officier consulaire – je suis désolé, pas un officier consulaire, un officier commercial – et d’autres personnes dans le consulat ont fait pression sur moi : « Il nous faut un visa pour ce type. »
Ce n’était pas un visa pour mon ami, ce n’était pas un visa pour un contact commercial potentiel. C’était pour quelqu’un comme les deux Pakistanais qui allaient à un salon professionnel aux États-Unis : ils ne pouvaient pas nommer le salon professionnel, ils ne pouvaient pas nommer la ville dans laquelle il se tenait, mais un agent de la CIA caché dans la section commerciale a exigé un visa pour ces personnes dans l’heure qui a suivi mon refus.
Et j’ai dit : « Non. Ils ne peuvent pas me dire où ils vont, ils ne peuvent pas me dire pourquoi ils y vont. La loi est très claire : ce sont des immigrants potentiels jusqu’à ce qu’ils puissent prouver le contraire, et ils ne l’ont pas fait. Avez-vous des informations qui n’étaient pas à ma disposition lorsqu’ils ont fait leur demande ? » Il a dit, « Non. » J’ai dit : « Ils n’y vont pas. » Il est allé voir le juge Stevens, le chef de la section consulaire, et a obtenu un visa pour ces types.
[. . .]
Et
J. MICHAEL SPRINGMANN: I was being pressured by the Consul, General Jay Philip Freres, by a consular officer—I’m sorry, not a consular officer, a commercial officer—and various other people throughout the consulate: “We need a visa for this guy.”
It wasn’t a visa for my friend, it wasn’t a visa for a prospective business contact. It was for somebody like the two Pakistanis who were going to a trade show in the United States: they couldn’t name the trade show, they couldn’t name the city in which it was being held, but a CIA case officer concealed in the commercial section demanded a visa for these people within the hour of my refusing them.
And I said, “No. They can’t tell me where they’re going, they can’t tell me why they’re going. The law is very clear: these are intending immigrants unless and until they can prove otherwise, and they haven’t done it. Do you have some information that was not available to me when they applied?” He said, “No.” I said, “They’re not going.” He went to Justice Stevens, the chief of the consular section, and got a visa for these guys.
[. . .]
Et ce n’est que lorsque j’ai quitté le Foreign Service (alors que ma nomination avait été résiliée pour des raisons non précisées) que j’ai appris de trois bonnes sources – Joe Trento, le journaliste, un collègue attaché à une université de Washington, D.C., et un type expert du Moyen-Orient qui avait travaillé pour une agence gouvernementale – qu’ils ont dit :  » C’est très simple. La CIA et son atout, Oussama ben Laden, recrutaient des terroristes pour la guerre en Afghanistan. »
Ils les envoyaient aux États-Unis pour les former, les récompenser, dans n’importe quel but, puis les envoyaient en Afghanistan. Et très probablement, les problèmes qu’ils avaient avec l’alcool au consulat – de grandes quantités disparaissaient et étaient vendues à des prix très élevés et ainsi de suite – étaient utilisés pour financer cela.
SOURCE : Commission des Citoyens du 11 septembre – 10. Michael Springman VISA pour les terroristes

Dans un débriefing de 1994 sur son expérience à Djeddah, Springmann a cité le cheikh Abdel-Rahman comme l’un des « agents de la CIA » ayant des « liens avec le terrorisme » qui bénéficiaient de ce programme.

Omar Abdel-Rahman, plus connu sous le nom de « cheikh aveugle », est né en Égypte en 1938 et a perdu la vue à l’âge de 10 mois. Après avoir étudié une version en braille du Coran, Rahman a été envoyé dans un pensionnat islamique et, inspiré par les écrits de Sayyid Qutb, il a obtenu un doctorat en interprétation du Coran à l’université Al-Azhar du Caire. Il s’est fait un nom parmi les fondamentalistes islamiques pour ses dénonciations vigoureuses du gouvernement laïc de Nasser, qui a emprisonné Rahman sans accusation pendant plusieurs mois. C’est Rahman qui a émis la fatwa qui a servi à justifier l’assassinat de Sadate, et c’est en prison, lors de son procès pour son rôle dans l’assassinat, que Rahman a rencontré Zawahiri.

Après sa libération de prison, le cheikh aveugle a rejoint le djihad en Afghanistan, où, comme le notent même des sources grand public, il « aurait établi des liens avec la Central Intelligence Agency. » La CIA, a-t-on appris plus tard, avait payé pour que Rahman se rende à Peshawar et « prêche aux Afghans la nécessité de l’unité pour renverser le régime de Kaboul. »

Ces « liens » de la CIA ont bien servi le cheikh aveugle. En tant que l’un des radicaux islamiques les plus connus du Moyen-Orient, le Cheikh aveugle figurait sur une liste de surveillance terroriste du département d’État américain qui aurait dû lui interdire l’entrée en Amérique. Néanmoins, en mai 1990, il a obtenu un visa de tourisme pour entrer aux États-Unis auprès d’un consul de l’ambassade américaine à Khartoum. Lorsque le visa a été rendu public en décembre de la même année, un porte-parole du département d’État a insisté sur le fait que le consul avait « fait une erreur », expliquant qu’il n’avait « pas suivi les procédures » et n’avait pas vérifié le nom de Rahman par rapport à la liste de surveillance du département d’État.

Ce n’est qu’en juillet 1993, cinq mois après l’attentat à la bombe contre le World Trade Center, dirigé par Rahman et aidé par un informateur du FBI, que la vérité a été révélée : « Des agents de la Central Intelligence Agency ont examiné les sept demandes d’entrée aux États-Unis présentées par le cheikh Omar Abdel Rahman entre 1986 et 1990 et ne l’ont refusé qu’une seule fois en raison de ses liens avec le terrorisme », rapporte le New York Times, ajoutant que, « bien que la pratique soit quelque peu sensible et peu connue, il n’est pas inhabituel qu’un agent de la CIA de bas niveau soit affecté à un poste d’agent consulaire, comme cela a été le cas dans chacun des sept cas. » Il a été rapporté plus tard que les visas avaient été « une récompense pour les services [de Rahman] » rendus à la CIA en Afghanistan.

Incroyablement, ce n’est pas la fin de la série de « coups de chance » qui ont permis à Rahman, le chef de la première cellule terroriste islamique à opérer sur le sol américain, de poursuivre ses opérations sans être inquiété.

En novembre 1990, son visa de touriste approuvé par la CIA a été révoqué, « mais en raison d’une erreur de procédure, les fonctionnaires de l’immigration n’étaient pas au courant de sa présence dans le pays » et ont dû ouvrir une enquête avant de pouvoir l’expulser. Malgré tout cela, Rahman a pu obtenir une carte verte de résidence permanente aux États-Unis en avril 1991. Après avoir quitté le pays et être revenu en août de la même année, les services d’immigration ont constaté qu’il figurait sur une liste de surveillance et « ont entamé une procédure pour annuler son statut de résident », mais « ils l’ont quand même autorisé à rentrer aux États-Unis ». Sa carte verte a été révoquée en mars 1992, mais il a été autorisé à rester dans le pays pendant qu’il demandait l’asile politique et qu’il préparait l’attentat du World Trade Center à partir du bastion d’Al-Qaida fondé par le MAK et lié à la CIA à Brooklyn, le centre de réfugiés Al Kifah.

Mais aussi remarquable que soit l’histoire du Cheik aveugle, elle n’est pas unique. Rahman n’est pas la seule personne associée au centre d’Al Kifah d’Al Qaeda à avoir pu entrer librement aux États-Unis malgré son inscription sur une liste de surveillance.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Ayman Al-Zawahiri, le futur chef d’Al-Qaïda, a effectué au moins trois visites aux États-Unis. Bien qu’il ait été emprisonné en Égypte pendant trois ans après l’assassinat de Sadate et malgré son rôle connu en tant que chef du Jihad islamique égyptien, Zawahiri a pu entrer aux États-Unis et, sous un faux nom et en se faisant passer pour un représentant de la Société du Croissant-Rouge du Koweït, collecter des fonds pour son groupe terroriste. Son voyage a été rendu possible par l’un de ses plus importants agents, Ali Mohamed, qui avait organisé le voyage et lui avait fourni le faux passeport qu’il a utilisé pour entrer dans le pays.

C’est dans l’histoire d’Ali Mohamed, surnommé « l’agent triple d’Al-Qaïda », que se révèlent les liens incroyables entre les services de renseignement américains et Al-Qaïda. En effet, l’histoire de la carrière improbable de Mohamed – décrite comme « l’histoire la plus captivante et la plus complexe de l’histoire de la guerre d’Al-Qaïda contre l’Amérique » – est tellement incroyable qu’un scénariste d’Hollywood la rejetterait pour cause d’invraisemblance.

Fils d’un soldat de carrière de l’armée égyptienne, Mohamed a fréquenté l’Académie militaire du Caire et a obtenu deux licences et une maîtrise en psychologie à l’Université d’Alexandrie. Mohamed a suivi les traces de son père en s’engageant dans l’armée égyptienne et en accédant rapidement au rang de major. Officier de renseignement dans les forces spéciales égyptiennes, Mohamed était membre de l’unité qui a assassiné Sadate en 1981. Mais il n’était pas en Égypte au moment des faits. Il s’entraînait avec les bérets verts américains à Fort Bragg dans le cadre d’un programme d’échange d’officiers étrangers.

Le FBI alléguera plus tard que c’est au cours de cette formation que Mohamed a été approché pour la première fois par la CIA, qui cherchait à le recruter comme atout étranger. La même année, Mohamed a rejoint le Jihad islamique égyptien de Zawahiri et a éveillé les soupçons de l’armée égyptienne, non seulement en raison de ses liens avec l’unité chargée de l’assassinat de Sadate, mais aussi pour ses actes manifestes de fondamentalisme islamique, notamment le fait de prendre le temps de faire les cinq prières quotidiennes et de proclamer haut et fort ses croyances islamiques à qui voulait l’entendre.

Renvoyé de l’armée égyptienne en 1984, Mohamed, à la demande de Zawahiri, trouve un emploi de conseiller en sécurité antiterroriste pour Egypt Air. Impressionné par les capacités de Mohamed, Zawahiri lui confie un défi apparemment impossible : infiltrer un service de renseignement du gouvernement américain. Fait remarquable, selon l’histoire officielle d’Al-Qaïda, propagée par les services de renseignement mêmes que Mohamed avait pour mission d’infiltrer, c’est exactement ce qu’il a fait.

Selon cette histoire officielle, en 1984, Mohamed s’est présenté à la station de la CIA au Caire, proposant ses services. La CIA a accepté son offre et l’a envoyé à Hambourg, en Allemagne, pour y infiltrer une mosquée liée au Hezbollah. À son arrivée à Hambourg, Mohamed a immédiatement annoncé qu’il avait été envoyé par la CIA. L’agence, apprenant la trahison, a officiellement coupé ses liens avec lui, plaçant Mohamed sur une liste de surveillance du département d’État qui aurait dû l’empêcher d’entrer aux États-Unis. Mais, comme des sources gouvernementales l’ont déclaré plus tard au Boston Globe, il a quand même pu entrer dans le pays en 1985 grâce à un « parrainage clandestin de la CIA ». Selon le rapport, Mohamed « a bénéficié d’un programme d’exemption de visa peu connu qui permet à la CIA et à d’autres agences de sécurité de faire entrer des agents précieux dans le pays, en contournant les formalités d’immigration habituelles. »

Ce qui s’est passé ensuite défie toute crédibilité. Sur le vol Athènes-New York, Mohamed est assis à côté de Linda Lee Sanchez, une technicienne médicale célibataire de Santa Clara, en Californie, de dix ans son aînée. Après avoir passé le vol à discuter, les deux hommes ont convenu de se revoir et six semaines plus tard, ils se sont mariés à la chapelle des cloches de Reno, dans le Nevada. Demandant maintenant la citoyenneté américaine, Mohamed s’est enrôlé dans l’armée américaine en août 1986, terminant la formation de base à Fort Jackson, en Caroline du Sud, et recevant une médaille d’accomplissement de l’armée pour ses performances exemplaires. Après avoir terminé l’école de saut et s’être qualifié comme tireur d’élite sur le M-16, Mohamed a rapidement atteint le grade de E-4 et a ensuite été inexplicablement affecté au commandement des opérations spéciales à Fort Bragg, où il avait auparavant suivi une formation d’agent de change. Travaillant comme sergent chargé de l’approvisionnement d’une unité de bérets verts, il ne tarde pas à donner des conférences sur le Moyen-Orient aux étudiants du John F. Kennedy Special Warfare Center, le centre de formation des forces spéciales américaines.

ALI MOHAMED : L’Islam ne peut pas survivre dans une région sans domination politique. L’Islam lui-même, en tant que religion, ne peut pas survivre. Si je vis dans une région, nous devons établir un État islamique, car l’islam sans domination politique ne peut pas survivre.
SOURCE : The Middle East Focus Series Présenté par : Ali Mohamed

Même son commandant, le lieutenant-colonel Robert Anderson, a été stupéfait par l’ascension incroyablement improbable de ce radical musulman mis sous surveillance.

« Je pense que vous ou moi aurions plus de chances de gagner au Powerball (une loterie) qu’un major égyptien de l’unité qui a assassiné Sadate d’obtenir un visa, d’arriver en Californie… d’entrer dans l’armée et d’être affecté à une unité des forces spéciales », a déclaré plus tard Anderson au San Francisco Chronicle. « Cela n’arrive pas. « 

Mais c’est arrivé. Et l’histoire incroyable d’Ali Mohamed ne s’arrête pas là ; en fait, elle ne fait que commencer.

En 1987, Mustafa Shalabi, l’émir du centre de réfugiés Al Kifah de Brooklyn, lié à Al Qaeda, a transmis une demande des moudjahidines en Afghanistan pour qu’Ali Mohamed vienne former les troupes rebelles dans les camps de ce pays. Mohamed a demandé un congé de 30 jours à l’armée et a fait ses préparatifs pour se rendre à Paris et de là en Afghanistan en utilisant de faux documents qui lui ont été fournis par des agents moudjahidines.

Mohamed n’a pas cherché à cacher son plan et le lieutenant-colonel Steve Neely, l’instructeur du JFK Special Warfare Center qui a embauché Mohamed comme conférencier, a été tellement bouleversé par l’idée qu’un soldat américain se rende dans une zone de guerre pour s’entraîner et, inévitablement, combattre, sans l’autorisation de l’armée, qu’il a envoyé un rapport à la chaîne de commandement pour informer ses officiers supérieurs du plan de Mohamed. Mais il n’a jamais eu de réponse.

Ali Mohamed s’est rendu en Afghanistan, où il a non seulement assuré la formation des moudjahidines, mais, selon sa propre histoire, il a même combattu et tué deux officiers des forces spéciales soviétiques. Lorsqu’il a repris ses fonctions à Fort Bragg après son congé de 30 jours, il a même présenté l’un de ses souvenirs – une ceinture de l’un des soldats soviétiques qu’il avait tués – à son commandant.

NARRATEUR : Fort Bragg, Caroline du Nord. Un mois après son départ pour l’Afghanistan, Ali Mohammed revient ici avec 11 kilos en moins et brandit un trophée de guerre.
LT. COL. ROBERT ANDERSON : Puis il est revenu et nous a fait un débriefing avec des cartes et a même ramené cette ceinture des forces spéciales russes. Il a dit qu’il avait tué le soldat des forces spéciales russes.
NARRATEUR : Le colonel Anderson dit avoir envoyé deux rapports distincts à ses supérieurs pour critiquer Ali Mohamed pour son aventure afghane. Il ne reçoit aucune réponse. Anderson dit qu’il n’avait pas assez de preuves pour porter des accusations contre Mohamed.
SOURCE : Triple Cross : L’espion de Ben Laden en Amérique

Le comportement de Mohamed était si scandaleux que son commandant en est venu à croire qu’il était « parrainé » par une agence de renseignement américaine. « J’ai supposé que c’était la CIA », a-t-il déclaré au San Francisco Chronicle. Anderson n’était pas le seul à le penser. De retour en Californie, les amis de Mohamed ont également supposé ses liens avec la CIA. « Tout le monde dans la communauté savait qu’il travaillait comme agent de liaison entre la CIA et la cause afghane », a déclaré Ali Zaki, un obstétricien de San Jose qui était proche de Mohamed, au Washington Post.

Le parrainage de la CIA expliquerait l’incroyable capacité de Mohamed à enfreindre le règlement de l’armée à volonté et en toute impunité. Alors qu’il servait dans les forces armées américaines, Mohamed passait ses week-ends à voyager de Fort Bragg à Brooklyn, où il donnait des conférences au centre de réfugiés Al Kifah et commençait à fournir une formation militaire et des documents volés des forces spéciales américaines à une cellule de militants islamiques basée là-bas.

Malgré tout cela, Mohamed a reçu une décharge honorable du service actif en novembre 1989. Parmi les citations qu’il a reçues : une pour « patriotisme, valeur, fidélité et excellence professionnelle ». Il reste membre de la réserve de l’armée américaine alors qu’il retourne auprès de sa femme en Californie et entame la prochaine étape de sa carrière.

Comme nous le verrons, cette histoire de plus en plus invraisemblable implique que Mohamed devienne un informateur du FBI tout en formant et en dirigeant les cellules terroristes qui seront liées à l’attentat à la bombe du World Trade Center, à l’attentat à la bombe de l’ambassade américaine et aux autres attentats spectaculaires des années 1990 qui feront d’Al-Qaïda le synonyme du terrorisme international, en échappant à la justice pendant des années, puis en disparaissant de la surface de la planète.

Lorsque Mohamed a quitté le service actif à la fin de 1989, l’ordre mondial commençait à changer. Les Soviétiques s’étaient retirés d’Afghanistan et, en deux ans à peine, l’Union soviétique elle-même avait cessé d’exister. La guerre froide est terminée et on promet au public un nouveau monde de paix et de tranquillité.

GEORGE H. W. BUSH : Nous nous tenons ce soir devant un nouveau monde d’espoir et de possibilités pour nos enfants, un monde que nous n’aurions pas pu envisager il y a quelques années. Le défi pour nous est maintenant d’engager ces nouveaux États à maintenir la paix et à construire un avenir plus prospère.
SOURCE : Fin de la guerre froide le 25 décembre 1991

Mais ce « nouveau monde d’espoir » promis n’est jamais arrivé. Au lieu de cela, le monde était sur le point de basculer dans un nouvel âge de terreur. Et le visage public de cette terreur, un jeune millionnaire saoudien que l’on présentait encore comme un « guerrier antisoviétique », venait de constituer sa bande de militants islamiques, sa « base » Al-Qaïda, dans les camps d’entraînement d’Afghanistan.

Et, comme nous le verrons, alors que le monde plongeait dans cette nouvelle ère de violence, les planificateurs de l’Empire américain – comme ceux de l’Empire britannique avant eux – étaient plus que disposés à aider, protéger et utiliser ces musulmans radicaux pour parvenir à leurs propres fins.

À SUIVRE . . .

Nouvel Ordre Mondial : Plan de fou

Ce documentaire CLASSIQUE d’Alex Jones brise le canular du terrorisme, révélant au contraire que le gouvernement est le plus grand tueur de l’histoire. Aujourd’hui, la tyrannie technocratique mondiale du 21e siècle cherche à tuer des milliards de personnes avec les super-armes qu’elle a créées dans le cadre d’une grille de contrôle de l’État policier et par le biais du modèle de guerre de la banque centrale qu’elle a fait naître. Ce documentaire est un autre outil puissant pour exposer les fausses menaces utilisées par l’élite pour nous contrôler – puissant parce qu’il jette une lumière encore plus grande sur leur propre quête mégalomaniaque et dangereuse du pouvoir total.