≡ Menu

L’emploi de nos jours

Connaissance pour L’emploi

Question: De nos jours beaucoup de personnes se plaignent de leur emploi parce qu’elles n’arrivent presque plus à satisfaire aux exigences toujours plus élevées. Comment cela va-t-il continuer dans le futur ?

Antar

L'emploi De Nos JoursMaître Kuthumi (Un Maître de Sagesse de la Fraternité de Shambhalla) vous a déjà dit qu’il y avait des changements radicaux dans niveau temporel et que, suite à l’élévation du niveau vibratoire chaque personne était soumise à des changements.
La plupart de vos firmes et groupes industriels travaillent encore selon le principe du rendement et de la compétition.
Cela signifie qu’ils sont très ancrés dans la tridimensionnalité quant à la structure de leurs opinions et de leurs convictions et qu’ils agissent contre leurs collaborateurs en faisant du chantage tout en s’aplatissant devant les clients. Dans de telles entreprises industrielles ou commerciales, une pression sans pitié est exercée sur le personnel. C’est un phénomène typique de l’Ère des Poissons allant sur sa fin.
Suite à l’élévation du niveau vibratoire les structures données, qui règnent dans de telles entreprises, se renforcent. C’est la même chose également en ce qui concerne les particuliers, les familles ou des associations similaires.
Ce qui est à la base va s’aggraver jusqu’à ce que cela change ou s’écroule.
En ce qui concerne de telles entreprises de la « vieille école » il serait de nos jours nécessaire que la direction change sa façon de penser, que l’on comprenne qu’elles ne seront viables, dans le futur, que s’il y règne une bonne ambiance de travail.
Et beaucoup de collaborateurs entretiennent sans rien dire et secrètement le vœux : « Je ne voudrais plus travailler ainsi ! Je n’en ai plus envie ! Cela ne me plaît pas ! Je viens simplement ici parce que j’ai besoin d’argent ! Je hais cette entreprise ! Dès le dimanche j’en ai ras le bol de devoir revenir travailler là le lendemain ! »
Ce sont les pensées des collaborateurs qui travaillent dans de telles firmes et entreprises, quel que soit le département et quelle que soit la position qu’ils occupent – pour ainsi dire de la cave au grenier.
Et ils envoient la force de ces pensées et de ces états d’âme !
Une caractéristique de l’Ère du Verseau est que les mensonges ne pourront plus subsister longtemps.
Si donc, de telles forces de pensées sont présentes chez un grand nombre de collaborateurs, elles devront éclater.
Ceux qui se trouvent dans leur force créatrice quittent de telles entreprises et trouvent un nouvel emploi, où l’ambiance de travail est bonne.
Ces décharges qui surviennent à la suite d’insatisfaction intérieure, irradient dans plusieurs directions. D’une part, elles empoisonnent l’atmosphère dans l’entreprise : cela se produit du fait que les collaborateurs font le contraire de ce qu’ils pensent et ressentent intérieurement. D’autre part, ces déchargent provoquent des transferts dans la conscience matérielle.
Ce que les collaborateurs ne veulent pas s’avouer eux-mêmes, à savoir de dire ouvertement : « Je n’ai plus envie de fonctionner de la sorte », se décharge dans le système de commande des machines et des ordinateurs. Ceux-ci prennent ces énergies en tant que substituts, se cassent ou fonctionnent mal.
C’est la raison pour laquelle il est important et avantageux que l’ambiance soit bonne sur le lieu de travail entre les collaborateurs et la direction.
Cette connaissance qui vous semble nouvelle sera bientôt reconnue par vos scientifiques et il s’ensuivra de grands changements. Les firmes et entreprises du futur traitent bien leurs collaborateurs car elles savent que rien ne vaut une bonne ambiance de travail ! C’est tout ce que je voudrais dire à ce sujet pour l’instant.

Question: Vous avez dit que les firmes du futur traitaient bien leurs collaborateurs. Comment cela doit-il fonctionner ? Qu’est-ce qui sera différent ?

Confucius

Soyez bénis et dans l’amour, c’est Confucius.
Antar vous a déjà décrit qu’il y aurait des changements concernant les emplois et les firmes du futur. Il vous avait parlé de l’Ère du Verseau et de l’Ère des Poissons finissant avec ses structures correspondantes.
Il y aurait encore d’autres informations :
Selon vos convictions collectives en ce qui concerne le travail, vous avez, un jour, décidé qu’il y avait des travaux « précieux » et des travaux « subalternes ».
Et un grand pourcentage de la population active voudrait faire partie de ceux qui font un travail « précieux ». Cela les incite, en outre, à faire des études, à continuer une formation pour, un jour, être assis à l’étage des chefs.
Vous avez ainsi créé une surenchère d’hommes cultivés et comme il n’y avait pas d’offres correspondantes à des « emplois précieux » vous vous êtes aidés dans la mesure où vous avez artificiellement compliqué et exagéré le déroulement des tâches relatives à l’organisation.
Vous vous êtes constitué une armée de règles et de mesures qui sont complètement inutiles !
Dans vos firmes, vos organisations commerciales et les étages des directions vous avez gonflé la structuration du travail dans un seul et même but :
De notre point de vue c’est la seule et unique raison !
Ce système est malade et non réaliste !
Dans le futur cela va changer et se « dégraisser » !
Tout ce qui a été introduit en supplément, inutilement, pour compliquer le déroulement, tout cela va être abandonné !
Cela va entraîner la suppression de beaucoup d’emplois !
Tout ceci vous le devez à votre croyance collective qu’il y a des travaux « précieux » et de « basses besognes » !
Reconnaissez là aussi la dualité qui, dans ce cas, vient de vos convictions !
Cette prétention vient de votre Ego, de votre raison, car vous pouvez dire devant vos amis et connaissances : « J’occupe tel ou tel poste ! » Et vous avez alors l’impression de faire quelque chose de spécial et d’être « précieux »!
Nous vous le disons : Chacun de vous est beaucoup plus que ne pourrait jamais révéler la qualification d’une profession ! Vous tous avez de l’expérience et la capacité de vérifier et de choisir !
Si vous ne pouvez pas vraiment ressentir, dans votre cœur, l’impression de faire quelque chose de spécial, vous êtes de toute façon sur le mauvais chemin !
Posez-vous la question : Est-ce que j’aime mon travail ? Est-ce que je déborde d’enthousiasme et de joie lorsque j’arrive à mon travail ? Les firmes et les organisations commerciales du futur emploient autant de personnes qu’il est nécessaire pour l’organisation convenant à leur entreprise : elles renoncent aux fioritures artificielles ! En outre c’est la personne elle-même qui décidera de la longueur de sa journée de travail. Beaucoup réduiront leur nombre d’heures de travail.
Il y aura également des changements dans la collaboration et la direction des hommes : les louanges et la reconnaissance verbale revêtiront une importance particulière !
Actuellement beaucoup de groupes et d’entreprises utilisent le stress et la dévaluation, les collègues sont encouragés à se supplanter mutuellement et à se damer le pion. Il s’ensuit que l’on a pas envie de travailler, que l’on fait des erreurs et que l’on travaille dans une ambiance froide !
C’est à grands frais que la qualité de vos produits est documentée par écrit, chaque étape de la fabrication est conservée par écrit, vous avez réalisé des catalogues de mesures pour toutes les éventualités possibles et vous alimentez ainsi la peur d’erreurs, l’incertitude et la méfiance envers votre propre savoir-faire !
Au fond, ce que vous voulez atteindre c’est une sécurité sans faille et que les hommes soient interchangeables mais finalement le résultat que vous obtenez est une incapacité d’agir. Vous empêchez ainsi la découverte spontanée et la suppression d’erreurs. Avec cette façon d’agir structurée vous vous privez de tout terrain favorable pour des innovations révolutionnaires !
Et nous vous disons : Ce n’est pas le bon chemin ! Une faillite certaine se trouve au bout de ces maniaqueries présomptueuses ! Des découvertes qui ouvrent de nouvelles voies pour le futur se développent dans une autre atmosphère !
Il ne tient qu’à vous de reconnaître cela et de le changer !
Le nombre de personnes qui ont peur pour leur emploi et les exigences requises est très élevé. Leur peur les conduit au chômage et à l’insécurité sociale.
D’un point de vue énergétique les louanges, la reconnaissance et le rire collectif sont beaucoup plus précieux.
C’est dans ce climat que croissent les firmes à succès du futur, parce qu’elles incitent les hommes à donner ensemble leur maximum tout en y ayant du plaisir.
La dévaluation et le stress déséquilibrent les hommes. La peur et l’insécurité trouvent un terrain fertile, le taux d’erreurs augmente, le rendement diminue et il s’ensuit finalement le refuge dans la maladie !
Vous avez, pour la plupart, déjà reconnu ces faits mais les changements se font attendre!
Vous pouvez prendre en main vous-mêmes ces changements ou bien continuer d’attendre qu’ils arrivent de l’extérieur ! Une chose est certaine : ils vont venir !
Soyez bénis, c’était Confucius.

{ 0 commentaires… add one }

Laissez un Commentaire

Prochain post:

Post précédent:

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.bibliographe.com/blog/l-emploi-de-nos-jours/
Twitter