Mémoires Cellulaires

Il s’agit d’Unités Partiki (micro-particules de conscience) et Keylons, qui existe sous la forme d’un plan cristallin minuscule dans la structure cellulaire (mémoire cellulaire) du corps, et sert de dispositif de stockage de la mémoire et de régulateur des fonctions autonomes du corps. Lorsque nous programmons le corps de cristal (également appelé mémoire cellulaire), nous y imprimons une signature. C’est ici d’où vient le concept de Karma. Tout ce qui est incorporé dans notre corps de cristal finit par s’imbriquer dans la projection holographique, créée par la réfraction de son et de lumière. Puisque nos pensées sont aussi composées de Partiki, ceci explique pourquoi l’esprit affecte la matière: notre race a régressée dans la maitrise de ce domaine, mais il fut un temps dans l’évolution de notre espèce, il y a plusieurs éons, où nous étions davantage en possession de cette capacité. Nous avions plus d’ADN d’activé que maintenant, ce qui permettait un contrôle total sur la matière à l’aide des facultés de notre esprit. Il n’y avait aucun effort, c’était tout comme respirer. Nous devons ré-apprendre ce processus. Et la Science Keylontique (Keylonta) est un outil qui peut aider à progresser dans cette direction.

Les principales fonctions de la mémoire cellulaire sont le stockage des données. Elle stocke les empreintes perceptives de divers composants de l’esprit, et stocke les impulsions directionnelles de l’esprit superconscient (matrice de l’âme) à ​​travers lequel le corps reçoit ses « ordres » opérationnels de la matrice de l’âme. Chaque cellule stocke non seulement la mémoire, sous forme d’impulsion électrique codée, mais aussi les codes mêmes de traduction, les codes de symboles lumineux Keylonta. Ce sont les moyens par lesquels la mémoire est traduite en données sensuelles/ressenties et les moyens par lesquels l’illusion de la réalité tridimensionnelle est fabriquée.

Comparons ces ressentis, ces codes de symboles lumineux Keylonta (ou « lettres de feu ») à un alphabet, un alphabet multidimensionnel, et dont les caractères changent de placement, de signification et de son en fonction de la fréquence dimensionnelle avec laquelle ils s’interfacent. Les lettres de feu de cet « alphabet » sont stockées dans chaque cellule de chaque humain; c’est la base du code génétique humain. Grâce à cet « alphabet cellulaire », les impulsions d’énergie électromagnétique sont alignées et ordonnées, tout comme les mots sont formés à partir des différentes combinaisons de lettres de notre alphabet écrit. Les mots, créés à partir de l’alphabet de lettres, sont des vecteurs de « significations ». Les mots et l’alphabet eux-mêmes ne sont pas les « significations » en soi, mais servent de conduit par lequel ls « signification » peut être déplacé d’un endroit à un autre. L’alphabet représente alors un outil, qui crée un support à travers lequel les idées et les perceptions peuvent être partagées ou projetées. Maintenant, en termes de notre alphabet cellulaire, il sert aussi d’outil et de transporteur de « signification ». Les lettres de feu représentent des codes électromagnétiques fixes (modèles d’impulsions électromagnétiques arrangées séquentiellement) qui peuvent être arrangés de nombreuses façons pour former des « mots » (ou modèles de codes électromagnétiques) qui peuvent potentiellement porter une grande variété de significations lorsqu’ils sont assemblés de manière spécifique. Tout comme un alphabet écrit a le potentiel de transmettre des significations très simples ou des idées plus complexes, l’alphabet cellulaire a le potentiel de transmettre des significations simples ou complexes. L’alphabet cellulaire est conçu de manière à permettre la création de nombreuses « phrases » à la fois. Les codes électromagnétiques peuvent être arrangés de nombreuses manières simultanément pour créer des significations multicouches, chaque « phrase » « faisant une déclaration » unique à part entière. Mais lorsqu’ils sont combinés avec d’autres « phrases », les éléments véhiculent une signification plus large qui est « supérieure » à la somme de ses parties.

𝐑𝐄́𝐂𝐔𝐏𝐄́𝐑𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄
𝐒𝐈𝐆𝐍𝐈𝐅𝐈𝐂𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍𝐒

L’alphabet cellulaire parle simultanément dans de nombreuses langues. Tout se passe comme si l’alphabet singulier pouvait être utilisé pour créer des « mots et phrases » en français, anglais, allemand et espagnol (par analogie dans cet exemple) en même temps, chaque phrase transmettant une signification au « peuple » (ou à des parties de l’organisme) qui parlent cette langue particulière. Dans le cas de la biologie humaine, chacune de nos cinq « facultés sensorielles » connues représenterait un collectif qui parle une de ces langues. Toutes les facultés sensorielles utilisent le même alphabet de Lettre de Feu (ou des modèles d’impulsions électromagnétiques fixes), mais chaque faculté sensorielle ne traduit en signification que les « phrases » (chaînes ou séquences de modèles d’impulsions électromagnétiques) qui utilisent son langage naturel. Au fur et à mesure que la biologie reçoit ces « significations » électromagnétiques, chaque faculté sensorielle traduit ensuite cette signification en d’autres formes de langage que l’esprit humain conscient peut comprendre. De cette manière, les données sensorielles de notre expérience perceptive sont introduites dans la vigilence de notre conscience. Les facultés sensorielles servent de « traducteurs de langue », traduisant les phrases de leur « langue maternelle » (les séquences d’impulsions électromagnétiques originales qui ont été captées par les installations sensorielles individuelles) en une forme à partir de laquelle notre esprit conscient peut tirer une signification. Les facultés visuelles enverront la signification enveloppée d’images, la faculté auditive enverra une signification habillé de son, et ainsi de suite pour toutes les facultés sensorielles. Chaque faculté sensorielle envoie un aspect de signification à l’esprit conscient via les systèmes chimiques, hormonaux et neurologiques du corps, tous traduits dans un langage que l’esprit conscient peut interpréter. Ces « phrases significatives » envoyées par les facultés sensorielles arrivent simultanément dans l’esprit conscient, créant une interprétation collective de significations que sont les expériences humaines en tant que réalité perçue. La signification de cette réalité est « plus grande » que la somme de ses parties. À chaque étape, les traducteurs de l’alphabet de Lettre de Feu de base, et de l’alphabet de Lettre de Feu lui-même restent uniquement des transporteurs de significations. Cette signification coule à travers les canaux de perception, mais la signification n’est pas « enfermé à l’intérieur de l’alphabet », ou de ses « combinaisons de mots ».

Lorsque nous stimulons certaines zones cérébrales, nous opérons manuellement certaines parties aléatoires de ce système de traduction biologique. Nous le faisons également lorsque nous utilisons certains produits chimiques, et lorsque nous faisons de la « thérapie par le travail corporel », et des thérapies qui impliquent la libération consciente de la mémoire cellulaire. Les cellules que nous stimulons traduiront en effet l’énergie, ou l’impulsion électrique que nous avons envoyée. L' »alphabet » dans les cellules traduira cette impulsion en données perceptives caractéristiques des codes électromagnétiques particuliers ou des lettres de feu que nous avons choisies au hasard. Dans de telles expériences, c’est comme si nous « tirions des lettres de l’alphabet » au hasard, puis les jetions sur la table et décidions que l’alphabet n’a pas de sens parce que nous ne pouvons pas créer de « mots » cohérents à partir des « lettres » que nous avons choisies. Nous ignorons le reste de l’alphabet et les multiples niveaux de traduction que cet alphabet subit, car il synthétise les multiples niveaux de signification en une image cohérente de la réalité. Lorsque nous stimulons le cerveau et créons des expériences perceptives, nous accédons à une partie d’une traduction de quelques-unes des « lettres de l’alphabet » de toute notre mémoire cellulaire. Cela montre seulement que nous stimulons ou recréons une version de n’importe quelle expérience par des moyens artificiels en activant l’alphabet cellulaire inné de modèles de codes électromagnétiques fixes.

𝐒𝐓𝐎𝐂𝐊𝐀𝐆𝐄 𝐃𝐄 𝐌𝐄́𝐌𝐎𝐈𝐑𝐄 𝟏𝐃
𝐄𝐒𝐏𝐑𝐈𝐓 𝐈𝐍𝐂𝐎𝐍𝐒𝐂𝐈𝐄𝐍𝐓

La mémoire 1D est la couche racine de notre esprit inconscient, et elle fonctionne tel un disque dur pour l’ego-personnalité. Dans ce disque dur se trouve le stockage de la mémoire cellulaire de tous les flux de vie. Cela signifie que les souvenirs cellulaires des vies passées, des vies présentes et des vies futures peuvent tous être stockés sur ce disque dur de mémoire. Ces souvenirs n’ont pas de valeur/signification intrinsèques lorsqu’ils sont enregistrés, que l’on puisse les percevoir comme bons ou mauvais; ces nombreux souvenirs multiples sont stockés sur le disque dur racine de chaque être humain. Que l’on soit un foetus, un bébé, entre deux vies, ou inconscient lorsque le corps a subi des « stress abusifs »; ils ont été enregistrés dans cette mémoire, que l’on se souvienne consciemment ou non de ces événements. Parce que la planète a été envahie par des E.T. intrusifs, et que notre mémoire et notre identité individuelles ont été effacées du à ces événements d’infiltrations, la plupart des êtres humains ont quatre zones principales d’enregistrement de mémoire cellulaire dans leur inconscient, opérant à des degrés divers. Ces quatre domaines principaux sont:

• la maltraitance
• le traumatisme
• le choc
• la dévastation

Certaines personnes ressentiront ces mémoires douloureuses, mais ne sauront pas ce qui les a causés, ni d’où elles viennent. D’autres souffriront d’un choc et auront complètement « éteint » ces souvenirs en tant que mécanisme d’adaptation/intégration. D’autres réussissent très bien à « effacer » ces mémoires grâce à des pratiques de nettoyage émotionnel, telles que l’hypnose et la régression de vie passée. Étant donné que l’esprit inconscient 1D contrôle notre système nerveux autonome et nos fonctions corporelles autonomes, un traumatisme de mémoire non guéri dans ces quatre domaines principaux crée de nombreux types de symptômes physiques et maladies. Ces mémoires limitatives ont été partiellement « décrites/exposées » dans des demi-vérités tordues de la chute de l’humanité, ou dans l’histoire de la genèse « d’Adam et Eve » chassés du Divin Jardin dans la Bible. Les Starseeds ont une mission terrestre, celle de guérir ces mémoires (et chronologies) de multiples façons.

𝐑𝐄𝐅𝐄𝐑𝐄𝐍𝐂𝐄𝐒:


Source : https://www.facebook.com/mc27.martin.cormier